fbpx

écologie, Mode

Les baskets – des chaussures qui polluent

Combien d’entre vous sont devenus coureurs pendant la période de confinement ? Ce n’était pas mon cas… Je déteste courir. Je le fais, mais je n’ai jamais aimé cette activité. Mais peu importe si nous courons ou pas : nous avons tous des baskets. Les baskets sont devenues un accessoire de mode, une chaussure de ville, une chaussure qu’on porte tout le temps. C’est aussi l’élément de notre garde-robe que nous jetons le plus souvent. Dans le monde, chaque année, nous produisons 23 milliards de baskets. Pour vous donner l’idée du volume, Nike seul vend 25 paires de chaussures par seconde, non-stop. Nous achetons en moyenne 3 paires de baskets par an. Les coureurs qui courent environ 20 km par jour considèrent leurs baskets usées après 6 mois et achètent une nouvelle paire. Si nous faisons du sport, nous sommes à la recherche de nouvelles inventions «technologiques» pour nos pieds. Ce n’est que lorsque nous avons les chaussures les plus ingénieuses que nous nous considérons vraiment bien équipées pour notre session sportive.

Baskets – pas vraiment nécessaires pour le sport

Avant d’analyser les baskets comme un objet de mode – regardons de plus près les sneakers comme un accessoire sportif. La plupart des gens qui courent régulièrement rencontrent parfois de petits incidents : une petite blessure, des douleurs au genou. Et bien sûr, nous cherchons un remède pour pouvoir continuer à courir et ne pas nous blesser à l’avenir. Malheureusement, j’ai déjà une mauvaise nouvelle : si jamais vous vous blessez à la jambe – vous êtes trois fois plus susceptible d’avoir de nouvelles blessures à l’avenir. Et la recherche prouve que la chaussure n’a rien à voir avec ça. Le marché des baskets joue par contre sur nos peurs. Les publicités tentent de nous convaincre qu’avec la nouvelle technologie mise en place, nous serons plus efficaces, plus rapides, plus protégés… En réalité, les inventions technologiques sont un gadget créé pour augmenter les ventes. Ces inventions ne sont fondées sur aucune recherche scientifique (où un échantillon de personnes du groupe expérimental doit être comparé sur une longue période). Les producteurs ne font que faire de la publicité aux dernières inventions, mais ne sont pas concernés par leur efficacité. En outre, certaines entreprises aux États-Unis, comme Reebok ou Nike, ont dû rembourser leurs clients pour leur publicité mensongère.

Nos pieds n’ont pas besoin des ingénieurs

En fait, la seule chose dont nous avons besoin, c’est de notre confort. Les scientifiques sont tous d’accord : notre confort c’est l’unique chose qui compte. Si notre pied se sent bien dans la chaussure alors notre posture est correctement adaptée et nos genoux sont adéquatement positionnés. Vous n’avez pas besoin d’acheter des baskets qui donnent des promesses miraculeuses, car il n’y aurait aucune différence si vous couriez pieds nus. Nous pourrions même courir sans chaussures si ce n’était pas trop dangereux avec la probabilité de se blesser avec des choses rencontrées par terre. Mais ce qui est étonnant, c’est que les chercheurs sont d’accord – tout ce dont nous avons besoin, c’est une protection du sol – et on peut courir avec n’importe quelle chaussure tant que l’on est à l’aise dedans.

Sale business de chaussures

Il est temps de découvrir ce qui se cache derrière toute cette « magie » des baskets. Ne pensons-nous pas que la course est le sport le plus « vert » de tous ? Nous mettons nos baskets sur nos pieds et courons en pleine nature… Malheureusement, il y a un problème – et pas le moindre – ce sont nos baskets elles-mêmes. Elles sont loin d’être « vertes ». Pire encore, les chaussures de sport à elles seules représentent 20% de la pollution créée par l’industrie de la mode (qui est le plus grand pollueur de toutes les branches de l’industrie). Déjà, la composition des baskets – le mélange de différents matériaux (polyester, nylon, latex, polyuréthane, cuir et de nombreux autres composants synthétiques) en font un produit impossible à recycler. 20% des chaussures finiront brûlées et le reste terminera parmi les déchets en plein air des pays pauvres… Elles vont se décomposer pendant un millénaire en libérant des particules microplastiques tout au long du processus. Mais leur vie finale n’est pas le seul problème. Le plus grand scandale, c’est la pollution créée pendant le processus de fabrication.

Nos vêtements – la plus grande pollution mondiale et 6 moyens de la stopper

Pétrole et chrome

Pour commencer, soulignons que la plupart des composants des baskets sont des produits chimiques à base de pétrole. Le cuir utilisé dans la production de masse provient de pays pauvres (80 % du cuir mondial vient de l’Inde – alors oubliez le mythe selon lequel nous tuons l’animal pour la viande et utilisons son cuir pour les vêtements ; non, nous tuons d’autres animaux pour la viande et d’autres pour le cuir). Dans ces pays pauvres, le tannage du cuir se fait à l’aide de chrome – un produit chimique dangereux et cancérigène pour l’homme. Ainsi, le chrome et d’autres dérivés du tannage sont libérés dans l’eau potable et empoisonnent les gens et les terres environnantes.

Des dizaines d’usines pour une chaussure

Mais ce n’est pas que le début de la pollution créée par les baskets. Un sneaker est composée d’une moyenne de 65 éléments différents (certains disent que ça peut aller jusqu’à 200). Et chacun de ces éléments est produit séparément, car chacun nécessite une machine spécialisée. Et pour les grands fabricants (ceux qui vendent 25 baskets par seconde) il est moins cher de produire tous ses articles dans différents pays asiatiques. De plus, ils les transportent à un endroit pour les coller, puis à un autre endroit pour la couture et, enfin, à un autre encore pour l’assemblage final. Les producteurs recherchent une plus grande rentabilité dans la production, même si cela signifie avoir 50 usines dans différents pays. Ils ne sont pas intéressés par l’impact carbone qu’ils créent. Mais cela devrait nous intéresser : les consommateurs.

Une chaussure dont on n’a vraiment pas besoin

Ceux qui veulent les chaussures de course les plus appropriées – suivez les conseils des scientifiques et achetez des chaussures tout simplement confortables. Nous n’avons pas besoin de chaussures fantaisie, les dernières prouesses techniques. Les chaussures de tennis, obligatoires pour tous les enfants ayant fréquenté l’école il y a une trentaine d’années, sont, d’après les spécialistes, les plus adaptées à toutes les activités sportives. Même l’armée américaine utilise ce genre de chaussures « minimalistes » pour tous les entraînements. N’oublions pas l’information la plus importante : une chaussure de sport est juste une chaussure confortable. Et choisir les baskets des marques populaires ne nous apporte rien de plus qu’un lourd poids sur la conscience en raison de la pollution, de l’empoisonnement de la nature et de l’utilisation du travail des personnes sous-payées. L’achat de ce genre de chaussures sales ne devrait pas être considéré comme un élément « tendance » de notre garde-robe, mais plutôt comme une grosse erreur.

Si vous voulez trouver des chaussures écologiques je vous invite vers un autre article. Le lien c’est : ici.

Print Friendly, PDF & Email
You may also like
écologie, Maison, Psychologie
Les cadeaux de Noël : écologiques, zéro déchets (et mignons)
3 décembre 2020
écologie, Psychologie
6 façons comment pousser nos proches et nos amis vers l’écologie sans les saouler
23 novembre 2020
écologie, Psychologie
Comment commencer une vie plus écologique (ou zéro déchets, ou minimaliste…) sans se perdre dans la masse d’informations?
16 novembre 2020

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

écologie, Mode

Sneakers – shoes that pollute

How many of you became runners during the lockdown period? I didn’t… I hate running. Yes, I di run, but I never liked this activity. But it doesn’t matter if we run or not: we all have sneakers. Sneakers have become a fashion accessory, a city shoe, a shoe you wear all the time. This is also the element of our wardrobe that we throw away most often. In the world, every year, we produce 23 billion sneakers. To give you the idea of volume, Nike alone sells 25 pairs of shoes per second, non-stop. We buy an average of 3 pairs of sneakers per year. Runners running around 20 km a day consider their sneakers worn out after 6 months and buy a new pair. If we play sports, we are looking for new «technological» inventions for our feet. Isn’t it that only when we have the most ingenious shoes that we consider ourselves really well equipped for our sports session

Sneakers – not really the best shoe for sport session

Let’s take a closer look at sneakers as a sports accessory. Most people who run regularly sometimes encounter small incidents: a small injury, knee pain. And of course, we’re looking for a cure so we can keep running and not hurt ourselves in the future. Unfortunately, I already have bad news: if you ever had a leg injury – you are three times more likely to have new ones in the future. And the research proves that the shoe has nothing to do with it. The sneaker market plays on our fears. The ads are trying to convince us that with the new technology put in place, we will be more efficient, faster, more protected… In reality, technological inventions are a gadget created only to increase sales. These inventions are not based on any scientific research (where a sample of people in the experimental group must be compared over a long period of time). The producers advertise the latest inventions, but are not concerned with their effectiveness. In addition, some companies in the United States, such as Reebok or Nike, have had to reimburse their customers for their misleading advertising.

Our feet do not need rocket science

In fact, the only thing we really need is to feel comortable in a shoe. Scientists agrees: our comfort is the only thing that counts. If our foot feels good in the shoe then our posture is properly adapted and our knees are properly positioned. You do not need to buy sneakers that give miraculous promises, as there would be no difference if you ran barefoot. We could even run without shoes if we wouldn’t get hurt with things encountered on the ground. But what’s amazing is that the researchers agree – all we need is ground protection – and you can run with any shoe as long as you’re comfortable in it.

Dirty shoe business

It’s time to find out what lies behind all this «magic» of a sneakers. We all do think that running is the most «green» sport of all, doesn’t we? All we need is a pair of sneakers and we can run in the middle of the nature… Unfortunately, there is a problem – and not the least – our sneakers themselves. They are far from being “green ”. Even worse, sports shoes alone account for 20% of the pollution created by the fashion industry (which is the biggest polluter of all branches of industry). Already, the composition of the sneakers – the mixture of different materials (polyester, nylon, latex, polyurethane, leather and many other synthetic components) make it an impossible product to recycle. 20% of the shoes will end up burned and the rest will end up in a wastefields in poor countries… They will decompose for a millennium, however, they will be releasing microplastic particles throughout the process. But their final life is not the only problem. The biggest scandal is the pollution created during the manufacturing process.

Petrole and chromium

First of all, most of the components of the sneakers are petroleum-based chemicals. Leather used in mass production comes from poor countries (80% of the world’s leather comes from India – so forget the myth that we kill the animal for meat and use its leather for clothing; no, we kill other animals for meat and others for leather). In these poor countries, leather is tanned using chromium – a chemical that is dangerous and carcinogenic to humans. Thus, chromium and other tanning derivatives are released into drinking water and poison people and surrounding land.

Dozens of factories for one shoe

But this is just the beginning of the pollution created by the sneakers. A sneaker is composed of an average of 65 different elements (some say it can go up to 200). And each of these elements is produced separately, because each requires a specialized machine. And for the big manufacturers (those who sell 25 sneakers per second) it is cheaper to produce all those items in different Asian countries. In addition, they transport them to one place to glue them, then to another place for sew them and, finally, to another for final assembly. Producers are looking for greater profitability in production, even if it means having dozens of fabrics in different countries. They are not interested in the carbon impact they create. But that should be our greatest interest : us, consumers.

A shoe we don’t really need

Those who want the most suitable running shoes – follow the advice of scientists and buy simply comfortable shoes. We don’t need fancy shoes, the latest technical prowess. Tennis shoes, which are mandatory for all children who attended school some thirty years ago, are, according to the specialists, the most suitable for all sports activities. Even the United States Army uses these minimalist shoes for all training. Let’s not forget the most important information: a sports shoe is just a comfortable shoe. And choosing the sneakers of popular brands brings us nothing more than a heavy burden on the consciousness due to pollution, the poisoning of nature and the use of the work of underpaid people. The purchase of these dirty shoes should not be seen as a “trend” element of our wardrobe, but rather as a big mistake.

Print Friendly, PDF & Email
You may also like
Minimalism, Mode
The questions you ask yourself when you decide to create a minimalist wardrobe
13 octobre 2020
écologie, Psychology
6 ways to stop our addiction to smartphones
14 septembre 2020
écologie, Psychology
The psychological (and ecological) dangers of social networks
26 juillet 2020

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close