fbpx

écologie, Psychologie

6 moyens pour arrêter notre addiction au téléphone

Il y a une semaine je suis sortie avec un ami. Il était en retard, car il n’arrivait pas à trouver une place de parking. J’étais donc assise en terrasse et au lieu de sortir mon téléphone – comme toute « personne normale » – pour consulter mes réseaux sociaux, j’ai décidé d’observer les gens. Ce n’est pas une tâche évidente. Je me suis sentie un peu comme une extraterrestre. Il est presque « mal vu » d’être posée en regardant autour de soi. La nouvelle « norme » sociale quand on est assis seul est de consulter notre téléphone, sinon on passe pour un « cinglé ». Quand j’ai croisé les regards des gens qui ont levé leurs yeux de leurs téléphones, j’ai eu l’impression de les surprendre en train de faire une chose « interdite ». Il y avait d’autres tables où des gens, pourtant accompagnés, regardaient leurs téléphones en permanence – par réflexe.

La dépendance au téléphone est socialement acceptable

Les applications sur smartphone sont conçues pour stimuler les décharges de dopamine. C’est une hormone du plaisir. Dès que la dopamine est libérée, nous avons un léger « hight ». Les applications travaillent sur notre cerveau comme les drogues, comme le chocolat, comme les cigarettes. Et contrairement à d’autres substances, le téléphone est toujours à portée de main. Nos téléphones vibrent constamment. C’est un « boost » permanent. Ce n’est pas notre faute – nos cerveaux adorent les choses qui nous rendent heureux et les entreprises savent s’en servir pour réaliser des profits. Le problème, c’est que personne ne nous dit de nous contrôler. Pourquoi le faire ? Cela ne fait de mal à personne… Et tout le monde le fait. Les autres dépendances ont des répercussions sociales plus visibles. Nos amis nous diront si l’on mange trop ou si l’on grossit. Le médecin nous dira que l’on fume trop… Mais le téléphone ? C’est tellement « normal » qu’il devient acceptable d’afficher notre dépendance.

Voici un lien vers article au sujet des dangers psychologiques (et écologiques) des réseaux sociaux

Utiliser les smartphones de façon plus « smart »

J’avoue que dans les temps modernes, il est difficile de vivre sans smartphone. Même si j’ai quelques amis qui considèrent que le téléphone ne devrait servir qu’à la communication et qu’ils utilisent de « vieux » téléphones mobiles. J’ai beaucoup d’admiration pour eux, mais je ne vais pas aller à l’extrême et vous dire d’abandonner les smartphones… Mais il faut tout de même d’apprendre à les utiliser de façon un peu plus « smart ».
Moi aussi, j’étais accro. Je suis humaine – mon cerveau sécrète de la dopamine comme tout le monde. J’ai quand même décidé d’arrêter ce court-circuit de dépendance et de reprendre le contrôle de mon « addiction ».

Voici les 6 moyens par lesquels on peut commencer à enrayer notre addiction au téléphone.

1. Supprimez le Messenger de Facebook.

Lorsque vous avez des connaissances dans différents pays et villes, Messenger est une solution facile pour se sentir proche d’elles. Sauf que parfois ce contact ne s’arrête à aucun moment. Je me suis rendue compte que je n’ai même pas trouvé « bizarre » de consulter des messages d’amis pendant que je marchais dans la rue ou quand j’étais avec d’autres amis, ou pire, lorsque j’étais censée travailler. En étant toujours « disponible » sur mon téléphone, mon cerveau était aussi toujours en alerte et constamment « éveillé ».
Retirer Messenger m’a semblé être un acte très « radical », mais j’ai ressenti du soulagement le jour-même. Mon téléphone n’a pas vibré une seule fois et j’ai pu découvrir mes messages en fin de journée sur mon ordinateur – lorsque j’ai décidé que c’était le meilleur moment pour le faire.

2. Supprimez toutes les notifications des réseaux sociaux.

La façon la plus importante de se détacher de notre addiction est de ne pas laisser notre téléphone nous rappeler son existence. Pour cela, il faut désactiver toutes les notifications de chaque application. C’est un peu chiant – il faut entrer dans chaque application, trouver et cocher la case « ne pas envoyer de notifications ». Mais ça vaut la peine, car chaque petit « bip » que l’on reçoit est en réalité quelques minutes que nous allons passer sur notre téléphone. Dès que la dopamine nous frappe, nous avons du mal à nous concentrer sur la chose qu’on était en train de faire… Nous restons donc sur notre téléphone quelques minutes supplémentaires, jusqu’à la « descente ».

Comment commencer une vie plus écologique (ou zéro déchets, ou minimaliste;) sans se perdre dans la masse d’informations?

3. Supprimez les applications.

Je sais qu’il y en a tellement – et la mémoire de notre téléphone est si puissante – pourquoi nous limiter ? Avouez – combien d’applications pour faire du sport avez-vous sur votre téléphone ? Moi, j’en avais une dizaine… Et je m’en suis servie de deux – à deux reprises, peut-être. Les applications pour notre cerveau sont comme une chambre remplie de jouets avec un enfant de 3 ans… Essayez de passer un moment de qualité et de calme avec un gamin qui a une chambre remplie de jouets. Notre cerveau réagit de la même façon face aux applications disponibles. Pourquoi lire ? Pourquoi parler avec quelqu’un ? Pourquoi faire des choses « chiantes » si il y a tellement de gadgets sur notre téléphone ?
Il y a un « point positif » : si un ami vous saoule, posez-lui une question qui nécessite l’utilisation d’une de ses applications. Avant de trouver la bonne et avant qu’il ne se souvienne de son fonctionnement, il vous laissera tranquille pendant un petit moment.

4. NE JAMAIS consulter votre téléphone lorsque vous êtes avec quelqu’un

C’est une règle de courtoisie de base – mais plus personne ne l’applique. Ok, si nous attendons un appel important – nous pouvons le dire au début de la rencontre et prévenir les amis que nous laissons le téléphone à portée parce que… c’est très important… Mais si vous vérifiez votre téléphone dès qu’il y a une notification, c’est très déstabilisant pour la personne avec qui vous êtes… Le plus triste est que nous sommes déjà tellement accros à nos téléphones que nous n’y prêtons plus attention – parce que nous le faisons tous…
Ce qui est drôle : nous acceptons de mettre notre téléphone en mode silencieux au cinéma pour respecter les autres spectateurs, mais nous ne respectons pas nos amis avec qui nous discutons. Voilà pourquoi, personnellement, je ne suis pas contre les dîners et les apéros où l’on met les téléphones dans un panier. Cela peut choquer au début, mais vous verrez que ce n’est pas une mauvaise idée.

5. Arrêtez de prendre des millions de photos.

Mon appareil photo dans mon téléphone s’est cassé il y a un an et c’est impossible à réparer. J’ai ressenti le besoin d’avoir un téléphone avec option « photo », parce que l’on a tous pris l’habitude de documenter notre vie toutes les 5 minutes ! Malgré mon grande envie, j’ai résisté et je n’ai pas acheté de nouveau téléphone, car j’ai un appareil photo reflex de super qualité… Et j’ai appris à vivre sans prendre des dizaines de photos de rien du tout. Cela m’a permis pour la première fois de bien vivre chaque moment. Car dorénavant, au lieu de faire une photo de chaque situation agréable, je décide de la vivre et de la « graver » dans ma mémoire. J’en garde plus de souvenirs depuis que je me suis détachée de ma manie de jouer au « touriste japonais » de ma vie.
Ceci dit c’est un autre bon moyen de les faire taire si jamais ils nous saoulent. Il suffit de demander de voir une photo de leurs vacances d’il y a 6 mois – l’effet silence est garanti : l’ami va se taire, car il a des milliers de photos à dérouler.

Les 7 arnaques des voyages lointains

6. N’achetez pas de nouveaux téléphones.

C’est un truc incontournable pour lutter contre l’addiction. Dès que votre téléphone ralentit légèrement ou que l’écran n’est pas aussi sensible qu’il l’était avant, au lieu de le jeter et de le changer pour un nouveau modèle, réparez et gardez votre ancien téléphone. Vous serez surpris de son temps de survie dès lors que l’on commence à le réparer.

Chaque jour dans le monde, on achète 6 millions de téléphones mobiles, et j’imagine que l’on en jette autant. Le téléphone n’est pas un objet recyclable – il augmente donc la pollution mondiale. De plus, pour créer des smartphones, nous avons besoin de métaux rares dont les mines se trouvent dans les pays du Tiers-monde. Et ces pays ne se soucient pas de la qualité de vie et de travail de leurs employés. Ils exploitent aussi souvent des enfants. Ainsi, chacun de nos téléphones est en partie composé de la sueur et parfois du sang de gens qui travaillent dans des conditions barbares. Notre téléphone peut en réalité coûter une vie humaine ! Finalement, le garder 2 ans de plus, même s’il faut le réparer ce n’est pas une si mauvaise idée, non ?

Comment commencer une vie plus écologique (ou zéro déchets, ou minimaliste…) sans se perdre dans la masse d’informations?


Si vous avez d’autres conseils pour lutter contre notre addiction au téléphone, laissez un commentaire. On a tous besoins de bonnes astuces pour pouvoir se détacher de ce mode de consommation.

Print Friendly, PDF & Email
You may also like
Maison, Psychologie
L’art d’être ensemble qui nous vient du nord
14 décembre 2020
écologie, Maison, Psychologie
Les cadeaux de Noël : écologiques, zéro déchets (et mignons)
3 décembre 2020
Psychologie
7 astuces pour ne pas acheter de produits trop chers et éviter les achats déraisonnables
2 décembre 2020

6 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

écologie, Psychology

6 ways to stop our addiction to smartphones

A week ago I went out with a friend. He was late because he couldn’t find a parking space. So I was sitting on the terrace and instead of taking out my phone – like any “normal person” – to check out my social networks, I decided to sit and look around me. It’s not an obvious task. I felt a bit like an alien. The new social “norm” when sitting alone is to consult your phone, otherwise you look like a “weirdo”. People who stopped looking at their phones and started looking around them acted like if they were doing something “prohibited”. There were other tables where people, who were accompanied, looked at their phones all the time – by reflex.

The phone keeps us away from people

I remembered the only reason why I liked going with my ex on a trip out of Europe. Those were the moments when we were becoming super close. Of course, we can assume that the holidays, relaxation and magnificent landscapes brought us closer together. But I can assure you that it was not at all related to this – it was the lack of Internet access. Even though we always bought a SIM card from the countries we visited, there were not many gigas to use Internet. During our travels, when we went to the restaurant, we spent our time chatting. Moments of relaxation – also – were devoted to chatting.

We didn’t need to talk much, but in moments of boredom, without a phone, you talk to each other – it brings you closer. This holiday also reminded how much we can make laugh one another. Because suddenly we could have absurd conversations. Constant access to telephone and Internet prevents us from creating this kind of close connection.

And the reason why I know that our connection was the result of the lack of the Internet access is simply because, as soon as we came back, the Internet was there and my boyfriend was no longer there. If our connection was the result of the relaxation, it would have lasted a few more days. But it stopped abruptly with our return and access to unlimited Internet.

Telephone addiction is socially acceptable

Smartphone apps are designed to stimulate dopamine discharges. It’s a pleasure hormone. As soon as dopamine is released, we have a slight “hight”. Smartphone apps work on our brains like drugs, like chocolate, like cigarettes. And unlike other substances, the phone is always with us. Our phones vibrate constantly. It’s a permanent boost. It’s not our fault – our brains love the things that make us happy and companies know how to use it for profit. The problem is that nobody tells us to control ourselves. Why to bother? It doesn’t hurt anyone…
And everybody does it. The other addictions have more visible social impacts. Our friends will tell us if we eat too much and we gain weight. The doctor will tell us that we smoke too much… But the qmartphone? It is so “normal” that it becomes acceptable to display our dependence in public.

Use smartphones in a more «smart» way

I admit that in modern times, it is difficult to live without a smartphone. Although I have a few friends who feel that the phone should only be used for communication and that they use “old” mobile phones. I have a lot of admiration for them, but I’m not going to go to the extreme and tell you to give up smartphones… But we still need to learn how to use them in a more “smart” way.
I too was addicted. I am human – my brain secretes dopamine like everyone else. I decided to stop this constant addiction boost and regain control of my life. Here are the ways how to do this.

Here are the 6 ways we can start stopping our addiction over the phone.

1. Delete Facebook Messenger.

I don’t know about you, but I communicate via Facebook with many friends. Messenger is an easy solution to feel close to people living around the world. Except that sometimes it’s getting a bit too «close» and in fact it doesn’t stop at any time. I realized that I didn’t even find it “weird” to check out messages from friends while I was walking down the street or when I went out with other friends, or worse, when I was supposed to be working.

I didn’t realize I’d never had time to take a break. By always being “available” on my phone, my brain was also always alert and constantly “awake”. Removing Messenger seemed to me to be a very «radical» act, but I felt relief the same day. My phone didn’t vibrate once and I was able to discover my messages at the end of the day on my computer – when I decided it was the best time to do so.

2. Delete all social media notifications.

The most important way to detach ourselves from our addiction is not to let our phone remind us of its existence. To do this, you must disable all notifications for each application. It takes some time to do this – you have to go into each application, find and check the “don’t send notifications” button. But it’s worth it, because every little “beep” we get is actually a few minutes we’re going to spend on our phone. As soon as dopamine hits us, we have a hard time focusing on the thing we were doing… So we stay on our phone for a few more minutes, until the «descent».

3. Delete almost all your apps

I know there are so many of them – and the memory of our phone is so powerful – why shoul we limit ourselfs? Personally, for the past three years, I have a really cheap phone with almost no memory, and I can only have few apps, which is quite enough for me. All the applications that are supposed to help us and make our lives easier in reality they make our life complicated. Admit – how many sports apps do you have on your phone? With my previous smartphone I had about ten… And I used two of them — maybe twice.

The applications are for our brain are like a room full of toys with a 3-year-old child… Try to spend a quality and quiet time with a kid who has a room full of toys. Our brain reacts in the same way to the available applications. Why should we read? Why talk to someone? Why do «boring» things if there are so many gadgets on our phone?

4. NEVER consult your phone when you are with someone

This is a basic courtesy rule – but no one is applying it anymore. Okay, if we’re waiting for an important call – we can say it at the beginning of the meeting and tell friends we’re leaving the phone within range because… it’s very important… But if you check your phone every time it’s making a noise, it’s just ugly… The sad thing is that we are already so addicted to our phones that we no longer pay attention to this behaviour – we all do the same… People don’t spend time together anymore. You can have a friend talking to you and look at your phone at the same time.

A funny thing: we agree to put our phone in silent mode at the cinema to respect other spectators, but we do not respect our friends with whom we talk. That is why, personally, I am not against dinners and meetings when phones are put in a basket. It may be shocking at first, but you’ll see it’s not a bad idea.

5. Stop taking millions of pictures.

My camera in my phone broke a year ago and it’s impossible to fix it. At first I thought, gee, I gotta buy a new phone. But later I realized that I had a high-quality SLR camera… And the only reason I felt the need to have a phone with a «photo» option is basically because we all got into the habit of documenting our lives every 5 minutes! So I didn’t buy a new phone and I learned to live without taking dozens of pictures of nothing at all. It allowed me for the first time to live fully every moment. Because from now on, instead of taking a picture of each pleasant situation, I decide to live it and «engrave» it in my memory. I have more meaningfull memories since I stopped documenting my life with my smartphone.

6. Don’t buy a new phone – repair the old one.

It’s a must-have to fight addiction. As soon as your phone slows down slightly or the screen is not as sensitive as it used to be, instead of throwing it away and changing it to a new model, repair and keep your old phone. You’ll be surprised how long can a telephone last once you’re starting to repare it.
Having a phone that meets all our “needs” is like injecting heroin into your veins every five seconds. The pleasure is so great that you can’t stop. And having a phone that’s already 2-3 is like having heroin, but not a syringe;)

Every day in the world, we buy 6 million mobile phones, and I imagine we throw away as many. The phone is not a recyclable item – it increases global pollution. Moreover, to create smartphones, we need rare metals whose mines are in the Third World countries. And these countries do not care about the quality of life and work of their employees. They also often exploit children. So each of our phones is partly made up of the sweat and sometimes blood of people who work in barbaric conditions. Our phone can actually cost a human life! Finally, keeping him for another two years, even if we have to fix him, is not such a bad idea, is it?

If you have any other tips to fight our addiction for our smartphones, leave a comment. We all need good tips to be able to detach ourselves from it.

Print Friendly, PDF & Email
You may also like
Minimalism, Psychology
7 truths that I have learned about money and that serve me until today
1 octobre 2020
Minimalism, Psychology
My experience of living a week without spending money
30 septembre 2020
Home, Minimalism, Psychology
How to keep memories without cluttering our home
28 septembre 2020

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close