Une idée qui ne serait pas pour déplaire à la plupart d’entre nous, à condition de pouvoir rester en forme jusqu’à cet âge plus que vénérable !

Mais une vie « saine » ne rime pas du tout avec « vie monastique », rassurez-vous.


Il y a des régions dans le monde où l’on rencontre des « supercentenaires » et ceux-ci ont bien souvent un certain nombre de particularités en commun qui commencent à être étudiées de près.


Ces centenaires sont loin d’être tous des ascètes et encore moins des gens à l’existence terne. Vivre 100 ans en bonne santé ne signifie pas faire des sacrifices, mais tout simplement modifier un peu nos réflexes quotidiens : manger moins, marcher plus, pas de viande, plus de noix… Et on peut toujours boire du bon vin en bonne compagnie… (Le vin rouge est bénéfique pour la santé et la bonne compagnie encore plus !)

Avant de commencer à vous livrer les conclusions de diverses recherches, il y a une chose importante à préciser : la génétique N’EST PAS le facteur décisif sélectionnant les heureux élus !. Les descendants des « centenaires » d’Okinawa partis vivre dans de grandes villes (qui ont donc choisi une vie incluant stress, pollution et nourriture « occidentale ») ont rencontré à leur tour les maladies dites de « civilisation » et leur espérance de vie a considérablement chuté.

Les Zones Bleues

Dan Buettner a découvert l’existence de zones dans le monde concentrant une présence de supercentenaires dans une proportion tout à fait remarquable (Okinawa – Japon, Sardaigne – Italie, Nicoya – Costa Rica, Icaria – Grece et le territoire des adventistes de 7émé jour à Loma Lina en Californie), il les a appelé les « zones bleues » et il a essayé de découvrir pourquoi, dans ces endroits, les gens vivaient si bien et si longtemps.

Et voici les choses que les habitants des zones bleues ont en commun

  • Un régime riche en « bonnes » graisses : l’huile d’olive, le poissons, les noix, des avocats (tout dépend de ce qui est disponible localement).
  • Un régime riche en Omegas 3 et 6 (en région méditerranéen cela provient des poissons, au Japon des poissons mais aussi des algues et dans d’autres régions : des noix et diverses graines). 
  • Une nourriture avec de nombreux plats à base de fèves (soja, lentille, pois chiches).
  • Une style de vie jalonné d’activités physiques (promenades, jardinage).
  • Une vie sociale active (des liens familiaux forts, une vie de voisinage très riche, beaucoup d’amis, ainsi qu’une vie religieuse – pour ses vertus de socialisation).
  • Peu (ou pas) de viande  et une grande quantité de fruits et légumes crus (plus de légumes tout de même)

Rassurez-vous, les personnes âgées de ces régions ne crachent pas non plus sur un petit apéro !

Le lithium dans l’eau

Parallèlement à ces zones bleus, il y a une autre recherche qui m’a interpellée. Elle a été publiée dans European Journal of nutrition en 2011 et réalisée par Kim Zarse, Takeshi Terao, Jing Tian, Noboru Iwata, Nobuyoshi Ishii, Michael Ristow. Elle concerne l’analyse de l’eau bue par les centenaires japonais. Il s’avère que dans les régions où il y a une grande concentration de centenaires l’eau est riche en lithium (c’est rare d’avoir du lithium dans de l’eau de source – essayez de vérifier les étiquettes des eaux minérales, vous verrez que c’est impossible à trouver)). Le résultat de l’étude est spectaculaire : les petites doses de lithium rallongent la vie de toutes les espèces (l’espèce humaine y comprise).

Est-ce qu’on peut trouver de l’eau avec du lithium en France ? Même si je suis contre l’achat d’eau en bouteille il y a une marque qui mérite d’être citée : c’est Wattwiller. Si vous êtes enclins à acheter de l’eau en bouteille prenez celle-là, c’est LA seule qui contienne du lithium. Elle est même servie dans des hôpitaux psychiatriques en France, car le lithium est un stabilisateur d’humeur et aide à soigner les troubles bipolaires. Donc boire cette eau peut potentiellement nous aider à vivre plus longtemps… et de bonne humeur, ce qui ne gâche rien !:)

L’oignon – LE légume des centenaires

Une dernière astuce « longévité ». On ne compte plus le nombre de publications scientifiques la mentionnant, mais j’ai aussi pu en faire le constat personnellement. Lorsque j’étais journaliste dans un journal quotidien, j’avais quelques « articles obligatoires » à écrire et l’une de mes tâches consistait à veiller sur nos centenaires et donner de leurs nouvelles ! La tâche n’était pas du tout désagréable, car ma passion pour les questions de longévité m’a toujours accompagnée, aussi loin que je me rappelle. Je faisais donc ma propre mini recherche de terrain pour essayer de découvrir ce qui les réunissait. C’étaient des gens joyeux, qui adoraient la vie, aimants, très actifs, jamais gros… mais ils avaient également cette chose en commun qui m’amusait beaucoup : tous « mes » centenaires adoraient les oignons… Était-ce cela le secret de leur longévité ? Les oignons ?:)

Quelques années plus tard je me suis penchée à nouveau sur le sujet de l’oignon. Et à ma grande surprise de nombreuses universités, de la Suisse aux USA en passant par la Chine avaient « épluché » le sujet !. Pour être brève, les résultats étaient bluffant. L’oignon est une « usine » à antioxydants. Et même s’il faut être toujours attentifs aux données secondaires dans ce genre d’analyses, toutes les recherches faites sur le sujet démontraient son extraordinaire propriété anti-cancérogènes (protège des cancers du cerveau jusqu’aux ovaires).

Attention : il faut une portion d’oignon par jour (6 jours par semaine) pour profiter de son action bénéfique (on peut le remplacer aussi par l’ail et le poireau). Et encore une chose : les scientifiques n’ont pas tranché sous quelle forme il était préférable de le consommer. Le mieux étant donc de le cuisiner… selon l’envie – cru, sauté, au four, dans une soupe.

Et pour finir il y a même un bonus – une recette de pizza aux oignons et olives. C’est végan, c’est plein d’oignons… un verre de vin et une bonne compagnie – et voilà, on rallonge notre espérance de vie de façon agréable.

Pizza à l’oignon

Pizza a l'oignon, olives noirs et tomates

Temps de préparation 30 min
Temps de cuisson 10 min
Type de plat Appetizer, Main Course, Snack

Ingrédients
  

Pâte a pizza

  • 400 g de la farine de blé
  • 1 verre de l'eau tiède
  • 10 g de levure en poudre (en hiver 15 g)
  • 3-4 c à soupe de l'huile d'olive
  • 1/2 c a café du sucre poudre
  • 1/2 c à café de sel

Garniture de pizza

  • 6 oignons rouge et jaune
  • 3 c à soupe d'huile d'olives
  • 1/2 boite des olives noires

Sauce tomates

  • 1 boite de concentre de tomates
  • 2 c à soupe de l'origan
  • 2 c à soupe de marjolaine
  • 2 c à soupe de basilic
  • 1/2 c à café du piment optionnel
  • du sel et du poivre
  • 1/2 verre de l'eau

Instructions
 

Pâte a pizza

  • On prends 4/5 de notre farine sur le table et on forme un petit volcan avec un creux en haut. On mélange la levure avec un peu d'eau et le sucre. On verse le mélange de levure dans le trou de notre montagne de farine avec le reste de l'eau. On mélange la pâte avec le doigts jusqu’à qu'elle soit douce. On ajoute la reste de farine, l'huile et le sel qu'on mélange avec juste un peu d'eau pour qu'elle s'incorpore dans la pâte de façon plus homogène. On travaille la pâte environ 10 minutes - si ça colle a nos doigts il faut ajouter encore un peu de la farine. La pâte est prête quand elle se décolle facilement de nos doigts (mais c'est toujours bien de la travailler un peu plus). On couvre la pâte avec un torchon propre et on la laisse reposer pendant 1 h.

Sauce tomates

  • C'est un super sauce qu'on utilise dans ma famille depuis toujours. Le secret c'est d'ajouter la marjolaine.
    On mélange 1 verre de concentre de tomates avec 1demi verre d’eau et on ajoute toutes les épices  (du sel, du poivre, du basilic, de l'origan, MARJOLAINE et du piment)

Garniture de pizza

  • On coupe les oignions dans des lamelles fines et on le fait sauter sur l’huile d’olive… Il faut commencer par caraméliser d'abord bien les oignons jaunes et à la fin ajouter les oignons rouges (car elles ont une tendance de brûler assez rapidement) leur gout légèrement craquant ajoute du charme a notre pizza.
    Les étapes
    1)      on étale la pâte avec le rouleau à pâtisserie
    2)      on recouvre la pâte de sauce tomate
    3)      on dispose l’oignon sauté
    4)      on décore avec les olives
     Il est très difficile de cuire une pizza. Le four à pizza traditionnel est réchauffé à 400-500°c – c'est difficile d'atteindre une température pareille à la maison. Le mieux est donc de réchauffer notre four au Max (pendant environ 25 min).
    Cuisson 10mn environ (attention ça va vite ! )
    On peut servir saupoudré de basilic frais pour un peu plus de goût et couleur.

Print Friendly, PDF & Email