Plats

Des crêpes salées pour la Chandeleur

crepes12

Depuis que j’habite en France il y a une chose qui me fait bien rire : le nombre de fêtes catholiques au calendrier ! Je viens d’un pays considéré comme étant très catholique, mais je vous jure que vous avez des fêtes dont je n’ai jamais entendu parler:) Comme la Chandeleur, par exemple. Faire sauter les crêpes et lier cela à la présentation du Christ au temple, je ne vois pas le rapport entre les deux événements, mais je suis loin de juger les coutumes, car je trouve magique le fait d’avoir des traditions culinaires (si étranges soient-elles).

Les crêpes pour moi, c’est un sujet « sacré », chandeleur ou non ! Dans ma famille c’est mon père qui s’est spécialisé en crêpes et c’est vrai qu’il fait les meilleures crêpes du monde (eh, modestie;). Le problème est qu’il adore tellement faire « opérer la magie » qu’il ne partage sa recette avec personne. Il s’enferme dans la cuisine et en sort 2 heures après avec des tonnes de délicieuses crêpes toutes fraîches .

Le cœur d’artichaut

pates artichaut pt1J’adore janvier – déjà parce que je suis née en janvier (en fait j’étais censée venir au monde le 31 décembre, mais apparemment mon aversion pour les soirées de réveillon ne datent pas d’hier :). De plus, j’aime bien cette période où il n’y a rien – pas de fêtes, pas de vacances…rien que le temps, suspendu, qui dure et qui ne demande rien d’autre qu’a être rempli. Souvent la neige nous fait la faveur d’apparaître, ce qui accentue encore cette impression de temps arrêté… Bon, apparemment cela tend plutôt à rendre les gens dépressifs et le 18 janvier est considéré étant la journée la plus dépressive de l’année… J’espère que votre moral n’est pas trop mauvais 🙂

IMG_1361FAITpt

Noël en vert – E-book (gratuit)

logo noel 4C’est toujours comme ça dans la vie : on a l’impression d’avoir plein de temps, on est large… et d’un coup la dead-line s’approche. Je vous parle de Noël, chaque année, la même histoire se répète, à peine 1er décembre arrivé et d’un coup on est quelques jours avant Noël… Je m’étais promis de sortir un E-Book en Pdf (en téléchargement gratuit) avec des recettes de Noël… Et comme avec tous mes cadeaux j’étais prise par le temps… Donc j’ai travaillé comme une folle (bon, disons, comme un lutin du père Noël) pendant une semaine pour tout préparer, photographier, rédiger et mettre en page… pour vous faire plaisir:) Il reste une chose que je ne vais pas partager avec vous directement : manger tout ça:) Oh oui, en 3 jours vous aurez tout consommé… Bon, nous, la bûche nous attend encore au congel… car c’était déjà trop:) Je peux ainsi témoigner que vous n’allez pas mourir de faim:)

Je sais à quel point les premiers Noëls en tant que végétalienne peuvent être difficiles. On a l’impression que les plats « traditionnels » vont nous manquer, qu’on n’aura rien d’intéressant à se mettre sous la dent… Je me rappelle mon premier Noël sans produits laitiers (parce que sans viande je n’ai toujours connu que ça quasiment). Pour mes premières fêtes j’ai préparé des champignons en croûte avec une sauce aux morilles (celle recette que vous allez trouver dans l’e-book)… et, heureusement, j’en avais fait beaucoup, car d’un coup tout le monde préférait mon plat:) comme quoi ce n’est pas la « composition » du plat qui compte, maïs son goût:) donc gardez la tête haute:) Vous allez bluffer vos convives. Et je vous assure que non seulement les plats sont délicieux, mais aussi faciles à préparer:) et au cas ou vous fatigueriez dans la cuisine, n’oubliez pas qu’on cuisine avec de l’alcool:) C’est une raison de plus qui fait que j’adore réaliser des plats de fêtes… porto, whisky, vin blanc… On est heureux dans la cuisine;) C’est ce que je vous souhaite:) du bonheur:)

Joyeux Noël en vert:)

 

Et voilà mon E-book pour vous :

Noël en Vert [PDF avec photos « normales » – 1,9 Mo]

Noël en Vert [PDF avec photos « HD » – 36,9 Mo]

Entre parenthèses… la tarte aux poireaux…

os 3Les fêtes approchent à la vitesse de la lumière. Nous sommes tellement habitués à être envahis par des pères Noëls dès le mois de novembre qu’on se dit qu’on a plein de temps jusqu’à Noël… Eh non ! Le temps est sans pitié, il court, il court et bientôt on sera plongé dans les fêtes… Pour ma part je ne suis pas prête ! Et vous ? Où en êtes-vous ?

Aujourd’hui je ne vous parlerai pas encore de menu de réveillon, même si j’y travaille… Je vous promets dans quelques jours un article intitulé « Noël en vert » pour vous montrer comment festoyer sans viande, vous aurez ainsi le temps d’anticiper vos emplettes et préparations.

Les pierogis – des raviolis version XXL

pierogi9

Régimes amincissants, régimes hyper-protéinés, régimes 1000 calories… des régimes en tous genres nous sont proposés de partout. Quand on entend le mot « régime » on a la chair de poule et on pense immanquablement: misère, salade, faim…

N’oublions pas que le mot « régime » a plusieurs significations, ce n’est pas uniquement « la conduite alimentaire caractérisée par des restrictions » (Larousse) c’est aussi : « l’ensemble de prescriptions concernant les aliments et destinées à maintenir ou à rétablir la santé » (Larousse). Manger pour pouvoir maintenir la bonne santé ! Ça faisait longtemps qu’on ne l’avait pas entendu celle-là…

On a de plus en plus peur de manger. Moi-même j’ai été touchée par l’anorexie étant adolescente. Personne ne nous apprend comment aimer manger sans culpabiliser. Dès qu’on voit un gâteau on a envie d’appeler un exorciste… Et, qui plus est, partout on nous brandit des tableaux de calories (j’ai l’impression que certaines personnes sont même capables de me dire combien de calories se trouvent dans le sable ;))… On a peur de manger car on nous a fait croire que cela équivalait à grossir. Il faut qu’on se « purge » de cette façon de penser… Manger ne devrait plus signifier que : maintenir le corps en bonne santé… On grossit uniquement si on ne bouge pas…

Comment faire pour bien se régaler, être en bonne forme (et bonne santé) et ne pas grossir ? Je pense que vous pouvez imaginer ma réponse : devenir végétalien 😉

pierogi13

Chou farci à la polonaise

chou farciÇa y est, je suis de retour en France, de retour dans ma cuisine. Et je suis très heureuse, car ma petite cuisine commence à accueillir des invités internationaux (via le blog, bien sûr, car la seule présence physique derrière les fourneaux hormis la mienne, c’est celle de mes deux chiens qui usent de tous les charmes possibles en espérant voir tomber par inadvertance quelques légumes). Mon blog a commencé à recevoir la visite d’internautes Suisses grâce au gentil partage de « swissveg » sur leur site Internet et Belges grâce à l’« Infor vegetarisme ». Je vous remercie pour vos visites, vos gentils mots et je remercie les organisations de partager l’adresse de Veglamour, vous avez apporté du soleil dans mon quotidien… et j’en avais besoin, surtout en Pologne !… J’avais oublié a quel point il pouvait faire gris en Pologne en cette période de l’année. Non seulement le soleil ne fait grâce de sa présence que quelques petites heures par jour, mais il faut en plus le deviner … on ne le voit vraiment pas. À partir du mois d’octobre jusqu’à la fin du mois de mars, une couche de nuages gris persistante crée une sorte de plafond nous séparant du ciel bleu. Mais on s’y habitue. C’est même assez charmant. On a l’impression que le monde s’est arrêté, qu’on est figé dans le temps et que la nature autour de nous est transformée en foret enchantée ( surtout si on choisit comme lieu de promenade le vieux cimetière abandonné). C’est une période magique et apaisante malgré cette ambiance terne.

collage pologne

Je vais essayer de vous concocter quelques plats venant de mon pays d’origine. Je ne vous cache pas qu’ils ne sont pas super légers (même étant végétaliens), car on utilise beaucoup de pommes de terre dans nos recettes. Mais bon, en hiver on a envie de manger des choses qui « tiennent au ventre »…

100 ans de… plénitude

pizza à l'oignon

Vivre 100 ans . Une idée qui ne serait pas pour déplaire à la plupart d’entre nous, à condition de pouvoir rester en forme jusqu’à cet age plus que vénérable !

Je me prends parfois à rêver que mes conseils savamment distillés via mon modeste blog permettraient à mes proches de s’en approcher le plus possible. Et qu’ainsi je puisse profiter d’eux jusqu’à moi même n’être plus qu’une vieille peau fripée ! (eh oui ma nature inquiète me fait souvent me soucier de la santé de mes proches , encore plus que de la mienne d’ailleurs).

Mais une vie « saine » ne rime pas du tout avec « vie monastique », vous le savez déjà !

Aujourd’hui nous allons nous intéresser aux « super-centenaires » et au fait que ceux-ci ont bien souvent un certain nombre de particularités en commun, qui commencent à être étudiées de près.

pizza à l'oignon

Ces centenaires sont loin d’être tous des ascètes et encore moins des gens à l’existence terne. Vivre 100 ans en bonne santé ne signifie pas faire des sacrifices, mais tout simplement modifier un peu nos réflexes quotidiens : manger moins, marcher plus, pas de viande, plus de noix… Et on peut toujours boire du bon vin en bonne compagnie… (Le vin rouge est bénéfique pour la santé et la bonne compagnie encore plus !)

Plein la courge

 courge/veglamour

Les potirons, les potimarrons, les citrouilles : ça y est, c’est l’automne, ces grands monstres oranges nous ont envahis, ils sont partout (on a presque l’impression qu’on n’a plus aucun autre légume de saison). Ils sont terrifiants, avec leur peau ultra-dure, qu’on croit pouvoir découper uniquement avec une tronçonneuse… Autant j’adore leur goût, autant je déteste (je détestais) les cuisiner, car couper un potiron c’est presque une mission-suicide… Les américains qui découpent des millions de courges pour Halloween sont soit fous, soit super-forts, ou tout simplement ils ont des outils « magiques » (je n’ai toujours pas résolu ce mystère)…. Mon but n’était pas d’apprendre à les transformer en œuvres d’art, j’avais juste envie de manger des courges sans faire une séance de musculation en les préparant

Pâtes d’épeautre – sel et huile de truffes

pâtes aux truffes

L’automne ! Ma saison favorite… les premières pluies odorantes (et les deuxièmes  et les troisièmes…), les forets rougeoyantes , les feuilles qui parsèment le sol . J’adore aussi l’automne pour les promenades en forêt, la cueillette des champignons… Non, en fait ça je n’ai jamais vraiment aimé. Ca a toujours été plus ou moins synonyme pour moi de rencontres avec des dizaines de toiles d’araignées « géantes ». (Mais malgré ces horribles araignées, pendant mon enfance, je me réveillais tout de même à 6h du matin pour aller en forêt…  du temps avec mon papa… le plaisir de passer quelques heures avec lui était plus fort que la terreur « arachnéenne »). J’adore par contre l’odeur des champignons fraichement ramenés à la maison…

collage 1

L’été indien

curry d'aubergine

Voilà, les vacances sont finies, c’était rapide quand-même. Moi aussi je me suis permis de faire une pause, de partir, de me reposer, de ne pas consulter Internet (en tout cas pas trop souvent). J’ai même réussi à être coupée du réseau pendant une semaine… au milieu du désert… et survivre (le manque d’Internet était sûrement plus difficile à surmonter que les tempêtes de sable).

Bien sûr, pendant les vacances on n’a pas envie de cuisiner, il n’y a rien de mieux que d’aller manger tous les soirs dans de petits restos… Dès qu’on change un peu notre régime, peu importe si c’est pour le végétarisme ou le végétalisme, les gens nous posent toujours la même question : mais, là, tu ne peux plus sortir manger au restaurant, non ? (vous l’avez déjà entendu) (en gros : c’est foutu, fini, tu resteras scotchée à ta cuisine jusqu’à ton dernier souffle).

Moi je ris dans ma barbe. Certes, il faut éviter les lieux qui proposent de la gastronomie française… à part si on a envie de composer tout un plat a partir d’accompagnements (on peut aussi commander une salade et demander d’enlever le fromage/saumon/ou autre ingrédient animal – mais le prix restera intact, même si on ne mange que quelques feuilles de verdure avec de la tomate).