pierogi9

Régimes amincissants, régimes hyper-protéinés, régimes 1000 calories… des régimes en tous genres nous sont proposés de partout. Quand on entend le mot « régime » on a la chair de poule et on pense immanquablement: misère, salade, faim…

N’oublions pas que le mot « régime » a plusieurs significations, ce n’est pas uniquement « la conduite alimentaire caractérisée par des restrictions » (Larousse) c’est aussi : « l’ensemble de prescriptions concernant les aliments et destinées à maintenir ou à rétablir la santé » (Larousse). Manger pour pouvoir maintenir la bonne santé ! Ça faisait longtemps qu’on ne l’avait pas entendu celle-là…

On a de plus en plus peur de manger. Moi-même j’ai été touchée par l’anorexie étant adolescente. Personne ne nous apprend comment aimer manger sans culpabiliser. Dès qu’on voit un gâteau on a envie d’appeler un exorciste… Et, qui plus est, partout on nous brandit des tableaux de calories (j’ai l’impression que certaines personnes sont même capables de me dire combien de calories se trouvent dans le sable ;))… On a peur de manger car on nous a fait croire que cela équivalait à grossir. Il faut qu’on se « purge » de cette façon de penser… Manger ne devrait plus signifier que : maintenir le corps en bonne santé… On grossit uniquement si on ne bouge pas…

Comment faire pour bien se régaler, être en bonne forme (et bonne santé) et ne pas grossir ? Je pense que vous pouvez imaginer ma réponse : devenir végétalien 😉

pierogi13

Brie Turner-McGrievy de l’Université de Caroline du Sud a accompagné 63 personnes souhaitant perdre du poids, elle les a réparties en plusieurs groupes qui ont suivi différents régimes : végétalien, végétarien et omnivore. Une seule règle était imposée : manger les mêmes portions que d’habitude en utilisant moins de matières grasses.

Les végétaliens sont non seulement ceux qui ont perdu le plus de poids (4-4, 5 kg en 2 mois contre 2-2, 3 kg pour « les omnivores ») mais aussi ceux qui, en continuant à manger sans restreindre les matières grasses, ont vu se prolonger leur perte de poids.

Le plus étonnant est que le groupe « végétalien » a été le seul à maintenir ce nouveau régime au-delà de l’expérience.

Brie Turner-McGrievy donne deux explications à cela :

– Le régime végétal est moins gras et moins calorique on peut donc manger plus et se sentir mieux rassasié.

– L’absence de restrictions en quantité supprime toute frustration et sentiment de « faire un régime », on peut donc perdre (ou maintenir le poids souhaitable) sans aucun effort.

Si l’on utilise moins de sucre, moins de sel et qu’on enlève les produits d’origine animale on se donne les moyens d’être au top de notre forme. Ça fait bientôt 3 ans que nous sommes complètement végétaliens (après avoir été végétariens) et nos bilans sanguins, réguliers, sont à chaque fois meilleurs que les précédents. On suspectait même dans mon cas le développement d’une maladie auto-immune ; mes résultats se sont améliorés et les symptômes ont tout simplement disparus…

Récapitulons : pas de produits d’origine animale, privilégier le BIO (autant éviter les pesticides) et des produits frais, manger autant qu’on le souhaite… Dans certains produits (même Bio) nous trouverons plus d’huile, de sel et de sucre que dans un produit équivalent préparé « à la maison ». Alors, oublions les régimes « amincissants » et mangeons sainement, végétalien, bref, vous m’avez comprise 🙂

Pour vous inspirer, un bon plat polonais, végétalien et délicieux… En revanche, comme la plupart des plats de mon pays, pas très « léger » 🙂 Voir pas du tout 🙂

Les pierogis (c’est une sorte de ravioli XXL 😉

La pâte :pierogi4

3 verres de farine (je prends souvent de la farine semi-complète)
1 verre d’eau chaude
Une pincée de sel

La farce :

6 pommes de terre moyennes,pierogi1
2 oignons
1 verre de noix
3 càs de levure maltée douce
1 càc d’ail en poudre
Un peu de sel et de poivre blanc (fraîchement moulu)
Le jus d’un citron

(pour environ 50 pièces)

1. On commence par bien cuire les pommes de terre et on met également le verre d’eau à bouillir.

2. Pendant ce temps, on prépare le « faux fromage » (à la base, cette recette est faite avec un fromage blanc introuvable en France, un genre de Ricotta, mais plus « solide »…) on mixe les noix (préalablement trempées quelques heures et bien rincées) avec l’ail séché, la levure maltée, le jus de citron et on assaisonne de sel et de poivre (on peut ajouter un peu d’eau si le robot peine à bien mixer les noix).

pierogi collage4

3. On coupe l’oignon en petit dés et on le fait bien dorer dans de l’huile d’olive.

4. Pendant que les pommes de terre refroidissent, on prépare la pâte :

– On mélange la farine avec l’eau bien chaude qu’on avait portée à ébullition (ne manipulez pas l’eau bouillante). L’eau chaude permet de préparer une pâte plus douce et facilement maniable.

– On étale la pâte avec un rouleau à pâtisserie puis on découpe des ronds à l’aide d’un emporte pièce ou d’un verre aux bords fins.

pierogi collage 2

5. Quand les pommes de terre sont cuites on les écrase avec la fourchette et on les mélange avec le « fromage » de noix. On assaisonne avec du sel et du poivre puis on ajoute les oignons dorés.

6. On dépose la farce au milieu de notre rondelle, on la plie légèrement et et on essaye de coller les bords en commençant par le milieu (j’aplatis les bords avec les doigts – ça permet de mettre plus de farce et de ne pas avoir des bords trop épais). Une fois le milieu collé on soude également les côtés (pour obtenir une forme de demi-lune). On dépose nos pierogis sur une planche légèrement farinée.

pierogi collage5

7. On peut les manger cuits à l’eau ou sautés à la poêle. Pour la deuxième option, une fois les pierogis cuits et légèrement refroidis, on les fait dorer des deux côtés à la poêle avec un filet d’huile d’olive (à feu doux pour que nos pierogis soient parfaitement dorés et croustillants)

pierogi collage6On peut les manger en apéro ou en plat, avec une sauce aux cèpes par exemple.

1 boite de cèpes (vous pouvez les utiliser séchés, il faudra prévoir de les réhydrater pendant 15 minutes dans de l’eau et conserver cette eau !)
1 oignon
1 verre de vin blanc
1 cube de bouillon de légumes
un peu de sel, de poivre, et de gingembre en poudre
25 cl de crème végétale
1 càs d’huile d’olive

On fait chauffer un peu d’huile d’olive dans laquelle on fait revenir les oignons émincés et on ajoute les cèpes. 3 minutes plus tard on couvre les champignons avec du vin blanc sec, on le laisse s’évaporer puis on ajoute l’eau dans laquelle les cèpes ont été trempés, on assaisonne avec le sel, le poivre blanc fraichement moulu et une pincée de gingembre en poudre. On peut aussi ajouter un peu de bouillon de légumes. À la fin, on ajoute de la « crème » végétale.

pierogi collage7

Astuces :

  1. Étant donné que c’est encore la saison des courges on peut enrichir notre farce avec du potimarron. Il suffit de cuire le potimarron entier dans le four à 180° pendant 40 min, on l’épluche, on le mixe au robot et on l’ajouter à notre « fromage » avec 2-3 pommes de terre cuits.
  2. Pour que les pierogis ne collent pas entre eux une fois cuits, il suffit de les refroidir dans de l’eau glacée.

pierogi9

pierogi14

Bon Appétit