La société de consommation nous a habitué au fait que tout est toujours disponible et à portée de main. On peut toujours tout acheter et, souvent, les choses ne coûtent pas si cher. Consommer ou dépenser de l’argent est devenu une véritable « drogue ». On ne peut rien y faire. Cette addiction n’a pas été créée volontairement, on n’est pas responsables, nous sommes tous « victimes » de notre cerveau – moi y compris. Acheter de nouveaux objets déclenche dans notre cerveau la sécrétion d’hormones du bonheur. De plus, nous sommes victimes du monde que nous avons créé (ou dans lequel nous sommes nés).

Minimalisme contre l’addiction à la consommation

La seule façon de sortir du cercle vicieux de la dépendance à la consommation est d’apprendre à vivre de façon plus minimaliste. Minimalisme ne veut pas dire forcement : ne plus rien acheter et vivre de façon spartiate. Au contraire, il existe même un minimalisme très chic. Lorsque nous devenons minimalistes, nous commençons à nous entourer d’objets qui nous sont vraiment nécessaires. On se rend vite compte que consommer plus que ce dont on a vraiment besoin, c’est créer plus de gaspillage et de pollution. Les gens minimalistes se tournent donc vers des objets de bonne qualité, créés de manière éco-responsable et dont les producteurs offrent un bon service après-vente.

Le minimalisme nous permet non seulement de nous libérer du pouvoir de l’argent, mais aussi de reprendre le contrôle de nos vies et de nos décisions. Cela nous permet également de renouer avec les autres et avec la nature, tout en nous aidant à devenir plus conscients de notre impact sur la planète. Chaque minimaliste devient, par définition, un citoyen écoresponsable.

Le minimalisme peut changer l’économie de façon positive

J’ai entendu des gens s’inquiéter – « mais si on arrête de consommer, on va détruire l’économie. » . Sauf que l’économie actuelle est basée sur le fait que les grandes boîtes exploitent le monde et produisent des millions d’objets périssables qu’elles vendent très cher (ou à bas prix – suivant leur business model). Et nous passons notre temps à travailler pour gagner de l’argent afin d’acheter ces articles, parce que nous avons besoin de notre « boost » de dopamine. Ah – et plus de 80% du profit de cette économie est souvent défiscalisée et augmente ainsi le porte-monnaie des plus riches.

Un monde différent est possible. Nous pouvons imaginer un monde où les producteurs seront forcés de s’adapter à la demande de consommateurs plus conscients – produire beaucoup moins, mais avec une meilleure qualité, offrir des services après-vente, offrir des produits biodégradables, de vraies solutions vertes – pas de greenwashing bas de gamme. Nous, les consommateurs, en nous détachant de la pulsion d’achat d’objets, nous pourrons dépenser notre argent pour des services – ce qui créera de nouvelles formes d’emploi. C’est à nous de changer notre façon de dépenser l’argent et exiger le changement des produits et des services à notre disposition.

Comment commencer une vie plus écologique (ou zéro déchets, ou minimaliste;) sans se perdre dans la masse d’informations?

Les gestes pour minimiser les dépenses quotidiennes :

1. Planifier des repas et faire les courses pour la semaine

Être en mesure de faire un plan de repas pour la semaine et de créer une liste d’achats détaillés nous permet d’acheter seulement des choses nécessaires. C’est un point qui semble évident, mais qui est essentiel. Déjà, chaque ménage des pays développés gaspille entre 600 et 1400 d’euros de nourriture par an – et 31 000 de gens meurent de faim chaque jour dans le monde. L’achat d’un plat préparé crée également de la pollution avec son emballage en plastique. De plus, cela nous coûte trois fois plus cher qu’un plat équivalent que nous pouvons préparer nous-mêmes. D’ailleurs, nous n’avons aucun contrôle sur le taux de sucre et de sel utilisé – ne parlons même pas des aromates artificiels. Moins de passages dans les supermarchés signifie aussi moins de petits achats par pulsion. Et nous le savons très bien, nous craquons rarement pour une pomme, mais plutôt pour une crème glacée dans une boîte en plastique.

Le sucre –  une poudre blanche qui nous tue

2. Apprendre à cuisiner des choses simples

Je l’ai déjà répété dans plusieurs de mes articles, mais c’est un point très important. De nombreux blogs offrant des recettes minimalistes ne demandant pas beaucoup d’équipement, d’ingrédients ou de temps. Ceci est important si vous voulez vous en tenir au point 1 et préparer des plats à la maison. Vous devez apprendre à cuisiner des choses simples, rapides, mais très bonnes, pour ne pas passer des heures dans la cuisine. Et surtout, il faut apprendre à cuisiner sans avoir besoin de dizaines de casseroles et d’ustensiles techniques. Nous devons nous interdire tous les plats prêts à l’emploi, laminés, plastifiées et, en outre, farcis avec des additif artificiels. Les aliments faits maison sont également plus sains – ce qui nous aide à être plus en forme, à mieux gérer la dépression et les sautes d’humeur. Ce sont des états émotionnels qui nous poussent à dépenser de l’argent pour d’autres « gadgets ».

Le régime « light » qui pèse lourd

3. Acheter des vêtements de bonne qualité

Un vêtement de bonne qualité n’est pas nécessairement un vêtement cher ou d’une marque connue. Je parle ici de vêtements en fibres biodégradables – tencel, lin… éventuellement coton biologique – même si pour produire ce dernier on utilise trop d’eau. Le mieux est de choisir des marques locales (avec une production européenne – pour le moins d’impact carbone) qui protègent les droits de leurs sous-traitants… Il faut maintenant admettre que ce sont effectivement des vêtements plus chers que ceux du type « fast-fashion ». Mais des vêtements écologiques haut de gamme signifient des tissus de meilleure qualité, des coupes parfaitement mesurées et des coutures qui tiennent. C’est un vêtement qui résiste au passage du temps grâce à sa conception, mais aussi grâce à notre approche. Parce que nous le savons très bien : plus le vêtement est cher, plus on en prend soin. Personnellement, je n’ai jamais lavé à la main un t-shirt que j’ai payé 10 euros. Par contre, son « copain » qui m’a coûté 80 euros a toujours le droit à ce traitement de luxe.

Nos vêtements – la plus grande pollution mondiale et 6 moyens de la stopper

4. Ne pas faire d’achats compulsifs

Même si nous avons eu une journée terrible, même si la couleur et la coupe d’un vêtement sont parfaites pour nous – il ne faut jamais céder à l’achat le jour même. C’est juste notre cerveau qui a besoin de notre fameux boost de dopamine (surtout après une mauvaise journée) et qui nous pousse à combler son manque. Ce que vous avez à faire est d’essayer de passer une bonne soirée avec des amis, ou votre chéri, vous détendre, et oublier la source de stress. Si le désir d’acheter persiste pendant quelques jours et si le vêtement (ou autre objet de votre désir) est entièrement biodégradable – je dirais –, on peut l’acheter. En outre, si le vêtement a des fibres synthétiques, il ne devrait même pas être essayé. N’oublions pas que le vêtement est la plus grande source de pollution dans le monde.

4 pièges de l’achat compulsif – et comment les éviter

5. Créer une garde-robe minimaliste

Évidemment, si vous commencez à acheter des vêtements de qualité, super écologiques et bien coupés – et donc qui coûtent plus chers – vous achèterez beaucoup moins de vêtements qu’auparavant. Le plus important est d’apprendre à bien associer les vêtements, créer une garde-robe « capsule » où tous les éléments peuvent se mélanger presque à l’infini. Il existe même un livre et un site web intitulé « Project 333 » qui prouvent qu’avec 33 éléments de garde-robe vous pouvez vous habiller de manière originale pendant 3 mois. Pour en savoir plus sur la garde-robe minimaliste, voici un lien vers un article à ce sujet.

Les questions que l’on se pose quand on décide de créer une garde-robe minimaliste

6. Prévoir un budget pour les « loisirs » par semaine

C’est important, surtout si vous avez tendance à avoir une vie très active. Parfois, vous ne vous rendez pas compte du nombre de soirées pendant la semaine et de combien vous dépensez. Peu importe combien vous gagnez, la planification d’un budget hebdomadaire de « loisirs » vous aide à mieux gérer vos finances. Même si vous n’avez pas encore de rêve – que faire avec l’argent économisé ? Le moment viendra peut-être où vous serez heureux d’en avoir. Donc, si nous sortons le mardi, le jeudi et le vendredi et que nous avons déjà épuisé notre budget de loisirs, c’est bien de devenir un peu plus « créatif » et de trouver les bonnes solutions pour la fin de semaine sans avoir besoin de dépenser de l’argent.

7. Arrêter les abonnements sport

À moins d’être un athlète professionnel, ou un sportif très assidu vous n’avez pas besoin d’équipement super pro pour rester en forme. Ça concerne vraiment seulement les personnes qui s’inscrivent à la salle de sport parce que payer pour cela est un incitatif à continuer. Très souvent ils finissent par payer abonnement pour l’année et en profitent max. 3 fois. Vous pouvez convenir avec vos amis d’aller faire du jogging ensemble ou décider de faire des exercices ensemble sur des vidéos YouTube (même chacun chez soi – il suffit juste d’un téléphone en haut-parleur pour « râler » ensemble 😉 et si on a besoin de carottes et de bâtons, on peut trouver ensemble la « punition » pour l’annulation des sessions sportives. Faire une rando au lieu de passer des heures dans une salle permet aussi de mieux se ressourcer, car le contact avec la nature nous est toujours bénéfique.

8. S’inscrire à la bibliothèque

Je sais, il n’y a rien de mieux qu’une étagère pleine de livres qu’on a lus ou qu’on veut lire. L’an dernier, lorsque ma vie sociale est devenue moins active en raison de mon manque d’énergie lié à ma maladie, j’ai commencé à lire… beaucoup. Je me suis rendu compte que si je continuais au même rythme, mon budget mensuel en achat de livres aurait explosé. Sans compter que cela me fera beaucoup de choses à transporter en cas de déménagement. J’ai donc redécouvert le plaisir d’emprunter des livres à la bibliothèque.

7 vérités que j’ai apprises sur l’argent et qui me servent jusqu’à aujourd’hui



Si vous connaissez d’autres façons de réduire les dépenses quotidiennes, n’hésitez pas à laisser un commentaire. Nous avons tous besoin de bonnes astuces.

Print Friendly, PDF & Email

This post is also available in: Anglais