Combien d’entre vous sont devenus coureurs pendant la période de confinement ? Ce n’était pas mon cas… Je déteste courir. Je le fais, mais je n’ai jamais aimé cette activité. Mais peu importe si nous courons ou pas : nous avons tous des baskets. Les baskets sont devenues un accessoire de mode, une chaussure de ville, une chaussure qu’on porte tout le temps. C’est aussi l’élément de notre garde-robe que nous jetons le plus souvent. Dans le monde, chaque année, nous produisons 23 milliards de baskets. Pour vous donner l’idée du volume, Nike seul vend 25 paires de chaussures par seconde, non-stop. Nous achetons en moyenne 3 paires de baskets par an. Les coureurs qui courent environ 20 km par jour considèrent leurs baskets usées après 6 mois et achètent une nouvelle paire. Si nous faisons du sport, nous sommes à la recherche de nouvelles inventions «technologiques» pour nos pieds. Ce n’est que lorsque nous avons les chaussures les plus ingénieuses que nous nous considérons vraiment bien équipées pour notre session sportive.

Baskets – pas vraiment nécessaires pour le sport

Avant d’analyser les baskets comme un objet de mode – regardons de plus près les sneakers comme un accessoire sportif. La plupart des gens qui courent régulièrement rencontrent parfois de petits incidents : une petite blessure, des douleurs au genou. Et bien sûr, nous cherchons un remède pour pouvoir continuer à courir et ne pas nous blesser à l’avenir. Malheureusement, j’ai déjà une mauvaise nouvelle : si jamais vous vous blessez à la jambe – vous êtes trois fois plus susceptible d’avoir de nouvelles blessures à l’avenir. Et la recherche prouve que la chaussure n’a rien à voir avec ça. Le marché des baskets joue par contre sur nos peurs. Les publicités tentent de nous convaincre qu’avec la nouvelle technologie mise en place, nous serons plus efficaces, plus rapides, plus protégés… En réalité, les inventions technologiques sont un gadget créé pour augmenter les ventes. Ces inventions ne sont fondées sur aucune recherche scientifique (où un échantillon de personnes du groupe expérimental doit être comparé sur une longue période). Les producteurs ne font que faire de la publicité aux dernières inventions, mais ne sont pas concernés par leur efficacité. En outre, certaines entreprises aux États-Unis, comme Reebok ou Nike, ont dû rembourser leurs clients pour leur publicité mensongère.

Nos pieds n’ont pas besoin des ingénieurs

En fait, la seule chose dont nous avons besoin, c’est de notre confort. Les scientifiques sont tous d’accord : notre confort c’est l’unique chose qui compte. Si notre pied se sent bien dans la chaussure alors notre posture est correctement adaptée et nos genoux sont adéquatement positionnés. Vous n’avez pas besoin d’acheter des baskets qui donnent des promesses miraculeuses, car il n’y aurait aucune différence si vous couriez pieds nus. Nous pourrions même courir sans chaussures si ce n’était pas trop dangereux avec la probabilité de se blesser avec des choses rencontrées par terre. Mais ce qui est étonnant, c’est que les chercheurs sont d’accord – tout ce dont nous avons besoin, c’est une protection du sol – et on peut courir avec n’importe quelle chaussure tant que l’on est à l’aise dedans.

Sale business de chaussures

Il est temps de découvrir ce qui se cache derrière toute cette « magie » des baskets. Ne pensons-nous pas que la course est le sport le plus « vert » de tous ? Nous mettons nos baskets sur nos pieds et courons en pleine nature… Malheureusement, il y a un problème – et pas le moindre – ce sont nos baskets elles-mêmes. Elles sont loin d’être « vertes ». Pire encore, les chaussures de sport à elles seules représentent 20% de la pollution créée par l’industrie de la mode (qui est le plus grand pollueur de toutes les branches de l’industrie). Déjà, la composition des baskets – le mélange de différents matériaux (polyester, nylon, latex, polyuréthane, cuir et de nombreux autres composants synthétiques) en font un produit impossible à recycler. 20% des chaussures finiront brûlées et le reste terminera parmi les déchets en plein air des pays pauvres… Elles vont se décomposer pendant un millénaire en libérant des particules microplastiques tout au long du processus. Mais leur vie finale n’est pas le seul problème. Le plus grand scandale, c’est la pollution créée pendant le processus de fabrication.

Pétrole et chrome

Pour commencer, soulignons que la plupart des composants des baskets sont des produits chimiques à base de pétrole. Le cuir utilisé dans la production de masse provient de pays pauvres (80 % du cuir mondial vient de l’Inde – alors oubliez le mythe selon lequel nous tuons l’animal pour la viande et utilisons son cuir pour les vêtements ; non, nous tuons d’autres animaux pour la viande et d’autres pour le cuir). Dans ces pays pauvres, le tannage du cuir se fait à l’aide de chrome – un produit chimique dangereux et cancérigène pour l’homme. Ainsi, le chrome et d’autres dérivés du tannage sont libérés dans l’eau potable et empoisonnent les gens et les terres environnantes.

Des dizaines d’usines pour une chaussure

Mais ce n’est pas que le début de la pollution créée par les baskets. Un sneaker est composée d’une moyenne de 65 éléments différents (certains disent que ça peut aller jusqu’à 200). Et chacun de ces éléments est produit séparément, car chacun nécessite une machine spécialisée. Et pour les grands fabricants (ceux qui vendent 25 baskets par seconde) il est moins cher de produire tous ses articles dans différents pays asiatiques. De plus, ils les transportent à un endroit pour les coller, puis à un autre endroit pour la couture et, enfin, à un autre encore pour l’assemblage final. Les producteurs recherchent une plus grande rentabilité dans la production, même si cela signifie avoir 50 usines dans différents pays. Ils ne sont pas intéressés par l’impact carbone qu’ils créent. Mais cela devrait nous intéresser : les consommateurs.

Une chaussure dont on n’a vraiment pas besoin

Ceux qui veulent les chaussures de course les plus appropriées – suivez les conseils des scientifiques et achetez des chaussures tout simplement confortables. Nous n’avons pas besoin de chaussures fantaisie, les dernières prouesses techniques. Les chaussures de tennis, obligatoires pour tous les enfants ayant fréquenté l’école il y a une trentaine d’années, sont, d’après les spécialistes, les plus adaptées à toutes les activités sportives. Même l’armée américaine utilise ce genre de chaussures « minimalistes » pour tous les entraînements. N’oublions pas l’information la plus importante : une chaussure de sport est juste une chaussure confortable. Et choisir les baskets des marques populaires ne nous apporte rien de plus qu’un lourd poids sur la conscience en raison de la pollution, de l’empoisonnement de la nature et de l’utilisation du travail des personnes sous-payées. L’achat de ce genre de chaussures sales ne devrait pas être considéré comme un élément « tendance » de notre garde-robe, mais plutôt comme une grosse erreur.

Si vous voulez trouver des chaussures écologiques je vous invite vers un autre article. Le lien c’est : ici.

Print Friendly, PDF & Email

This post is also available in: Anglais