fbpx

écologie, Voyage

The 7 scams of distant travels

I have to do my mea culpa, in the last 10 years I have certainly taken too many planes and I have travelled too far. I know I can’t do anything to reduce the carbon footprint I left on those trips. I was a vegetarian, now I’m a vegan and I used this as a nice excuse to fly. In fact, I thought I was already doing something for the planet. But that was just the tip of the iceberg. We like to buy ourselfs a good conscience, thinking that we are already making efforts … However, environmental protection should not be seen as an “effort”, but as a change of life, normal and natural. The day I decided to stop flying, I realized that actually I didn’t like long trips that much.

7 reasons why I think distant travel is a scam

1) Jet lag fatigue.

I know that some people may not be sensitive to it. But if my body feels a difference of few hours (regardless of the clock direction) for at least a week, I feel as if I were awake in the middle of the night. I almost have to slap myself so I don’t fall asleep during the days. Which means that the first week, even if I visit something, I don’t remember anything at all. I feel like in a dream: everything is strange, dizzy and nothing surprises me. This means that the places I visit don’t impress me as much as they should because I think I’m in the middle of a dream. Ah! And even though for the rest of the trip I’m in better shape, when I go home, history repeats itself. I am foggy a week after my return.

2) Temperature changes.

Maybe it’s just me, but my body doesn’t adapt well to the big temperature changes. My origin in northern Poland certainly does not help me in this area. I grew up in a temperate climate (not to say “cool”) and such conditions are necessary for my vital functions to remain stable. I need a gradual change in temperature – I need all spring to prepare for the arrival of a hot summer… and again… I’m not always as ready as I should be. But being in the middle of winter and suddenly being in a hot country with a temperature difference of over 30°C in a few hours is not very natural for me. And if you add air conditioning in hotels, I catch a more than impressive cold..

3) We are not discovering a new culture.

Of course, we can notice some differences in behaviour between our cultures. But reading a few pages of the guide before going on a trip and observing the people around us does not make of us anthropologists. We will not understand the subtleties of another culture in just a few days/weeks. Let’s not forget that half of the people that we meet on our way are those who work in the tourism sector and who try to adapt to our needs. On the contrary, it’s more often we who disturb the people of other countries by our ignorance of good conduct. If our goal is really to discover another culture, then there is one known way: anthropological books or novels written by writers from these countries. Movies can also serve the same purpose. And we don’t have to spend 12 hours travelling to do that. You can easily read them on the beach where we can go by train.

4) We don’t become a good photographer either.

Being thousands of miles away from home does not make of us professional photographers. I have to admit that I also lent myself to this game, believing that I could take beautiful pictures. I have bad news : if you’re not an artist, you’re not an artist. And photographing the same subject as thousands of other people from around the world becomes boring. Even if we try to find the “original” angle, we can quickly see that there are hundreds of similar photos on Instagram, often better than ours. Oh, and let’s not forget: our friends don’t want to see our 5,000 photos taken during our month-long trip. And a nod to some: if you take a “artistic” picture of a “blur” and you say: Saigon, summer 2015… For others it’s just a “blur”. And we don’t care.

5) Planning too tight.

Some people say that by travelling far away they are creating more memories and that they will be graved in their memories throughout their lives. No, we do not create more memories if we are far away. Our brain has exactly the same capacity, whether we’re 100 km from home or 10,000 km from home. Also, from my own experience, I can say that I have a lot more good memories of my “local” trips. First of all: airports and planes, it’s not a really nice experience (I’m 6 feet tall and I have to “fold” everything for a few hours). Second, I am so tired of jet lag and climat differences that I barely remember half of my stay. Third, we are trying to see everything worth seeing … If we got so far wa can’t miss anything important to see. And sometimes, after 10 temples in a row, you forget the beauty of half of them. We do n’t have time to rest… And if we add the great fatigue, our memories are not even so pleasant.

6) The illusion of internal change.

No, travelling to distant countries does not “enrich” us in any particular way. We are not “explorers”… Unless you are really a researcher and you are going to go away for a year to do anthropological or historical research, etc. Yes, in that case, your journey will enrich not only yourself, but also the rest of humanity. But flying to a country that serves us as a great private holiday club doesn’t make us travelers. We are tourists. We cannot say that this kind of holiday serves us as a transcendent experience. And if we want to travel to change things in our “inner world” – well… we have to make an “internal” journey. No need to be in the jungle in the Amazon for that.

7) We don’t spend quality time together.

A tight schedule, too much to see, the fatigue and pressure of having a good time (since we are so far away and it cost us an eye) does not bring us closer to one another. For me, the best experience is to travel by train (ok, I admit that sometimes it is a trip by car). There is nothing better than to have a lot of quality time and a lot of serenity to enjoy long days with people dear to our heart. And we don’t have to travel a few thousand kilometers to walk in nature, see wonderful things, discover a different culture, live very strong human experiences. Everything is within our reach. The only thing that prevents us from enjoying a “local” stay is our “ego” and our need to compare ourselves to others.

And what about you ? You have anything to add to this list ? Are you ready to focus on local travel for the benefit of the planet? Don’t hesitate to leave a comment.

Print Friendly, PDF & Email
You may also like
écologie, Psychology
6 ways to stop our addiction to smartphones
14 septembre 2020
écologie, Psychology
The psychological (and ecological) dangers of social networks
26 juillet 2020
écologie, Home
Dogs and cats on a vegan diet?
22 juillet 2020

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

écologie, Voyage

Les 7 arnaques des voyages lointains

Les 7 arnaques des voyages lointains
Les 7 arnaques des voyages lointains
Les 7 arnaques des voyages lointains

Je dois faire mon mea culpa, au cours des 10 dernières années, j’ai certainement pris trop d’avions et j’ai voyagé trop loin. Je sais que je ne peux rien faire pour réduire l’empreinte carbone que j’ai laissée sur ces voyages. J’étais végétarienne, maintenant je suis végétalienne et j’ai utilisé cela comme une belle excuse pour prendre l’avion. En fait, je pensais que je faisais déjà quelque chose pour la planète. Mais ce n’était que la pointe de l’iceberg. Nous aimons nous acheter une bonne conscience, pensant que nous faisons déjà des efforts… Mais la protection de l’environnement ne doit pas être considérée comme un “effort”, mais comme un changement de vie, normal et naturel. Le jour où j’ai décidé d’arrêter de voler, j’ai réalisé qu’en réalité je n’aimais pas tant que ça les longs voyages.

7 raisons pour lesquelles je ne regrette pas les destinations lointaines pour les vacances

1) Fatigue liée au décalage horaire.

Je sais que certaines personnes peuvent ne pas y être sensibles. Mais si mon corps ressent une différence de 8 heures (quelle que soit la direction des aiguilles de l’horloge) pendant au moins une semaine, je me sens comme si j’étais éveillé au milieu de la nuit. Je dois presque me gifler pour ne pas m’endormir durant les journées. Ce qui veut dire que la première semaine, même si je visite quelque chose, je ne me souviens de rien. Je me sens comme dans un rêve : tout est étrange et rien ne me surprend. Cela signifie que les endroits que je visite ne m’impressionnent pas autant qu’ils le devraient parce que je pense être au milieu d’un rêve. Ah ! Et même si pour le reste du voyage je suis en meilleure forme, quand je rentre chez moi, l’histoire se répète. Je suis dans le brouillard une semaine après mon retour.

2) Les changements de température.

C’est peut-être juste moi, mais mon corps ne s’adapte pas bien aux grands changements de température. Mon origine dans le nord de la Pologne ne m’aide certainement pas dans ce domaine. J’ai grandi dans un climat tempéré (pour ne pas dire “frais”) et de telles conditions sont nécessaires pour que mes fonctions vitales restent stables. J’ai besoin d’un changement graduel de température – il me faut tout le printemps pour me préparer à l’arrivée d’un été chaud… et encore… Je ne suis pas toujours aussi prête que je devrais l’être. Mais être au milieu de l’hiver et se retrouver soudainement dans un pays chaud avec une différence de température de plus de 30 °C en quelques heures, ce n’est pas très naturel pour moi. Et si l’on ajoute la climatisation dans les hôtels, j’attrape un froid plus qu’impressionnant.

3) Nous ne découvrons pas une nouvelle culture.

Bien sûr, nous pouvons remarquer certaines différences dans les comportements. Mais lire quelques pages du guide avant de partir en voyage et observer les gens autour de nous ne fait pas de nous des anthropologues. Nous ne comprendrons pas les subtilités d’une autre culture en seulement quelques jours/semaines. N’oublions pas que la moitié des gens que nous rencontrons sur notre chemin sont des gens qui travaillent dans le secteur du tourisme et qui essaient de s’adapter à nos besoins. Au contraire, c’est plus souvent nous qui dérangeons les gens d’autres pays par notre ignorance de la bonne conduite. Si notre but est vraiment de découvrir une autre culture, alors il y a un moyen connu : les livres anthropologiques ou les romans écrits par des écrivains de ces pays. Les films peuvent aussi servir le même objectif. Et nous n’avons pas besoin de passer 12 heures à voyager pour le faire. Vous pouvez facilement les lire sur la plage où nous pouvons aller en train.

4) L’illusion d’être un bon photographe.

Et non, nous ne devenons pas de bons photographes non plus. Être à des milliers de kilomètres de chez nous ne fait pas de nous (comme après un coup de baguette magique) des photographes professionnels. Je dois avouer que moi-même je me suis aussi prêtée à ce jeu, croyant que je pouvais prendre de belles photos. J’ai une mauvaise nouvelle, si on n’est pas un artiste, on n’en est pas un. Et photographier le même sujet que des milliers d’autres personnes du monde entier devient ennuyeux. Même si nous essayons de trouver l’angle “original”, nous pouvons rapidement constater qu’il y a des centaines de photos similaires sur Instagram, souvent meilleures que les nôtres. Oh, et n’oublions pas : nos amis ne veulent pas voir nos 5000 photos prises pendant notre voyage d’un mois. Et un clin d’œil à certains : si vous prenez une photo “artistique” d’un “flou” et que vous dites : prise à Saigon, été 2015… Pour les autres c’est juste un “flou”. Et on s’en fout.

5) Planning trop serré.

Certains se disent qu’en voyageant loin ils sont en train de créer plus de souvenirs qui seront gravés dans leurs mémoires pendant toute leur vie. Non, nous ne créons pas plus de souvenirs si nous sommes loin. Notre mémoire a exactement la même capacité, que nous soyons à 100 km de chez nous ou à 10 000 km de chez nous. Aussi, d’après ma propre expérience, je peux dire que j’ai beaucoup plus de bons souvenirs de mes voyages “locaux”. Tout d’abord : aéroports et avions, ce n’est pas une expérience vraiment sympa (je fais 182 cm et je dois tout “plier” pendant quelques heures). Deuxièmement, le décalage horaire et les différences climatiques me fatiguent tellement que je me souviens à peine de la moitié de mon séjour. Troisièmement, nous exerçons des pressions pour « toujours » visiter quelque chose, puisque nous sommes si loin, nous ne devons pas perdre de temps. Et parfois, après 10 temples d’affilée, on oublie la beauté de la moitié d’entre eux. Nous n’avons pas vraiment beaucoup de moments de repos pour que les souvenirs puissent entrer dans nos têtes et nos cœurs. Et si nous ajoutons à cela la grande fatigue, nos souvenirs ne sont même pas si agréables.

6) L’illusion du voyage qui nous change.

Non, voyager dans des pays lointains ne nous “enrichit” d’aucune manière particulière. Nous ne sommes pas des “explorateurs”… Sauf si vous êtes vraiment un chercheur et que vous allez partir pendant un an pour faire des recherches anthropologiques ou historiques, etc. Oui, dans ce cas, votre voyage vous enrichira, non seulement vous-mêmes, mais aussi le reste de l’humanité. Mais voyager en avion vers un pays qui nous sert de grand club de vacances privé ne fait pas de nous des voyageurs. Nous sommes des touristes. Nous ne pouvons pas dire que ce genre de vacances nous sert d’expérience transcendante. Et si nous voulons voyager pour changer les choses dans notre “monde interne” – bah… nous devons faire un voyage “interne”. Pas besoin d’être dans la jungle en Amazonie pour ça.

7) On ne passe pas plus de temps de qualité ensemble.

Un planning serré, trop de chose à voir, la fatigue et la pression de passer des bons moments (puisque on est si loin et que ça nous a coûté un bras) ne nous rapproche pas l’un de l’autre. Pour moi, la meilleure expérience est de voyager en train (ok, j’avoue que parfois c’est un voyage en voiture). Il n’y a rien de mieux que d’avoir beaucoup de temps de qualité et beaucoup de sérénité pour profiter de longues journées avec des personnes chères à notre cœur. Et nous n’avons pas besoin de parcourir quelques milliers de kilomètres pour marcher dans la nature, voir des choses merveilleuses, découvrir une culture différente, vivre des expériences humaines très fortes. Tout est à notre portée. La seule chose qui nous empêche de profiter d’un séjour “local” est notre “ego” et notre besoin de nous comparer aux autres.

Et voici un texte qui vous donne point par point les avantages de voyages “slow” et “locales”:
4 avantages de voyages «slow » et « locaux »

Et vous en êtes ou? Êtes-vous prêts de privilégier les voyages locales pour le bien-être de la planète? N’hésitez pas à laisser un commentaire.

Print Friendly, PDF & Email
You may also like
écologie, Maison, Psychologie
Les cadeaux de Noël : écologiques, zéro déchets (et mignons)
3 décembre 2020
écologie, Psychologie
6 façons comment pousser nos proches et nos amis vers l’écologie sans les saouler
23 novembre 2020
écologie, Psychologie
Comment commencer une vie plus écologique (ou zéro déchets, ou minimaliste…) sans se perdre dans la masse d’informations?
16 novembre 2020

1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close