Le fromage – une drogue « dure »
Le fromage – une drogue « dure »
Le fromage – une drogue « dure »
Le fromage – une drogue « dure »

Nous nous engageons sur une pente glissante… D’accord, il est assez facile de remplacer le lait de vache par du lait végétal, c’est faisable. Mais arrêtez de manger du fromage ? Que mangerons-nous avec notre vin ? Que mettrons-nous sur nos pâtes ? Et plus de pizza 4 fromages ? Plus de fondue ?

J’ai été végétarienne pendant 15 ans (avant de devenir végétalienne), il m’a fallu 15 ans pour décider d’arrêter de manger du fromage. C’est dur, très dur. J’ai entendu des végétaliens dire que cesser de fumer des cigarettes était plus facile que d’arrêter de manger du fromage. Pourquoi l’est-ce ? J’ai d’étranges nouvelles à vous annoncer : en fait (je vais l’expliquer ci-dessous) nous sommes simplement « accros » au fromage, nous sommes « drogués », c’est tout.

Le fromage – une drogue puissante

Il y a quelques années, l’Université du Michigan a fait des recherches sur diverses dépendances. En analysant les habitudes de 500 étudiants, les scientifiques ont découvert que l’on peut être dépendant au fromage de la même manière que l’on peut être dépendant au cigarettes et au drogues « dures ». L’étude est intéressante, elle montre que les gens « ressentent » le désir de manger du fromage (ou des produits qui le contiennent), mais elle n’explique pas d’où vient ce désir… Est-ce parce que manger du fromage active les centres de plaisir dans notre cerveau, ou parlons-nous ici d’une dépendance réelle avec un processus de « manque » (comme avec les médicaments) ? La réponse, nous pouvons la trouver dans une recherche des années 1980, par le Dr Eli Hazum, publiée dans la revue Science (vol. 213), qui prouve qu’il y a… une morphine dans le lait… Comment est-ce possible ? Pourquoi personne ne nous l’a dit ? Parce qu’en fait il était difficile de le savoir, puisque la morphine n’est pas présente dans son état pur, elle est libérée lors du processus de digestion de la caséine (la protéine présente dans le lait de tous les mammifères) et son nom est casomorphine (mais, elle a des qualités similaires à d’autres opiacés).

Pourquoi de la « drogue » dans le lait ?


La réponse est donnée par le Dr Neal D. Bernard, fondateur du Comité des médecins pour une médecine responsable (Physicians Committee for Responsible Medicine) et c’est assez simple : un bébé (disons un bébé de vache) doit apprendre qu’il doit manger pour survivre et obtenir tous les nutriments possibles. Il a donc besoin de savoir qu’il doit retourner chez sa mère… et la morphine présente dans le lait lui donne la sensation de plaisir et le poussera simplement à revenir « prendre sa dose » 🙂 De plus, la morphine a aussi des effets calmants et l’aide à dormir…
Et le fromage est tout simplement une grande quantité de lait, déshydraté et dépourvu de sucres… C’est donc une bombe casomorphine. À poids comparable entre le lait et le fromage, nous avons beaucoup de caséine concentrée dans ce dernier.

Fromage – pas aussi innocent que nous le pensions

Mais attention, le fromage n’est pas du tout insignifiant pour notre santé. Même l’Autorité européenne de sécurité des aliments a préparé un rapport en 2009 qui montre que la caséine peut aggraver nos allergies et contribuer au développement de maladies cardiovasculaires, en plus d’être responsable de l’apnée du sommeil. Un autre scientifique, engagé dans la promotion de modes de vie sains, le Dr Frank Lipman, explique que le processus de digestion de la caséine est très difficile pour notre corps et peut causer les mêmes symptômes que l’intolérance au lactose : problèmes respiratoires, problèmes digestifs (constipations, ballonnements et même diarrhée), acné et irritation cutanée. 

Le fromage n’est pas complètement végétarien

Ah, juste un message pour ceux qui veulent rester végétarien et continuer à manger des produits laitiers – faites attention à la présure. C’est un coagulant utilisé dans le processus de création de nombreux fromages et il est fabriqué à partir de caille (c’est un organe, aussi appelé un «quatrième estomac» de petits bovins). Donc, en mangeant du fromage, vous pouvez encore consommer un animal mort. Pour connaître les fromages sans présure il faut faire des recherches sur Internet, car en France cela n’est pas labellisé…
Mais le fromage n’est pas seulement un goût (et son influence sur le cerveau), c’est aussi une texture qui ajoute de la richesse à nos plats…

Fauxmages – fromages végétaliens

Je peux vous assurer qu’il y a de plus en plus de « substituts » de fromage pour les végétaliens disponibles dans les magasins bio et faciles à acheter sur Internet… Il s’avère que même les omnivores mangent déjà du substitut de fromage dans certains repas préparés (en particulier les pizzas et les gratins surgelés) sur l’emballage de la plupart d’entre eux on peut lire « substitut de fromage ». C’est le « faux » fromage en question, que nous mangeons déjà, parce qu’il est moins cher à préparer et comparable en goût et en texture. C’est pourquoi les grands producteurs industriels eux-mêmes l’utilisent déjà.

Et nous végétaliens, nous sommes devenus créateurs, inventeurs, pour ne pas dire « magiciens » en cuisine. À la maison, nous pouvons déjà fabriquer pas mal de fromages, du plus facile au plus compliqué (vous pouvez trouver de recettes sur les blogs végétaliens).

Note : Il faut jusqu’à 3 mois pour couper la dépendance au fromage… (ou plutôt à la « morphine »).

Et vous? Pouvez-vous imaginer la vie sans fromage? Avez-vous déjà tenté le régime végétalien? N’hésitez pas de laisser un commentaire.

Print Friendly, PDF & Email

This post is also available in: Anglais