Je vis en France depuis plus de 15 ans. J’ai changé d’appartement 4 fois et le déménagement est la chose que je déteste le plus au monde. Chaque fois je me demande : comment est-il possible que j’accumule tant de choses ? Combien d’objets puis-je posséder ? C’est une question que nous nous posons seulement quand nous devons faire un TETRIS grandeur nature avec nos possessions dans les cartons.

Lorsque j’ai emménagé dans mon appartement actuel, qui est beaucoup plus petit que celui que j’avais avec mon ex, j’ai décidé de réduire ma possession d’objets à un strict minimum. Et pourtant, je peux vous assurer qu’entre mon appartement à Paris de 18 m2 et ma vie à Grenoble, j’avais déjà réduit le nombre de choses encombrantes de façon conséquente. Mais bon, en 10 ans, nous accumulons de nouveau pas mal des objets.

Ces 3 dernières années, j’ai également assisté à 4 déménagements de mes amis. Pour préciser, je n’ai aidé activement que dans l’un des 4. Les autres m’ont dépassé. Je ne comprenais pas pourquoi on déplaçait des objets endommagés, inutilisables, ou des milliers de bibelots poussiéreux d’un endroit à un autre. Je pense que ce sont les babioles qui m’ont fait craquer à chaque fois. Je comprends le fait d’avoir quelques objets de décoration, avec un design esthétique qui va super bien dans l’appartement… Mais garder des centaines d’objets seulement parce que c’est un souvenir d’une personne ou d’un événement, ça je ne comprends pas. Nous avons déjà un outil super pratique pour garder nos souvenirs : notre mémoire. Nous n’avons pas à garder un objet plein de poussière qui occupe l’espace et dérange de peur d’oublier un lieu ou une personne.

Comment garder les souvenirs et ne pas s’encombrer avec des choses inutiles.

1. Ne jamais acheter d’articles souvenirs en voyage

Combien d’entre vous ont rapporté des objets de vos voyages ? Parfois ce sont des babioles (contrairement à ce que l’on veut croire, elles sont très rarement fabriquées localement), parfois ce sont des choses bric-à-brac naturelles comme des coquillages ou des pierres. Parfois, nous achetons plutôt des choses « pratiques », comme des tissus, des coussins, des vêtements, etc. Je comprends l’envie avoir quelque chose qui rappellera les bons moments qu’on a passé dans un endroit particulier, mais on n’est pas obligé de ramener des souvenirs encombrants. Parce que souvent, une fois à la maison, on se rend vite compte que les vêtements sont super kitsch et qu’on ne les portera jamais, que les objets de décoration ne correspondent pas à la conception de l’appartement et que les bibelots prennent de l’espace et ramassent la poussière. Je rapporte 3 choses de mes voyages : photos, épices et recettes de plats que nous avons mangé. Parfois, je peux apporter un petit caillou de la plage – mais il doit être vraiment minuscule et magnifique.

2. Ne pas garder d’objets sentimentaux

Cela peut surprendre, mais je ne suis pas fan de garder des objets-souvenirs. Non seulement parce qu’ils ramassent la poussière, mais je ne pense pas que nous devrions avoir des choses avec une grande charge sentimentale partout où nous posons nos yeux. Je ne comprends pas comment quelqu’un peut recharger sa batterie interne si chaque fois qu’il tourne la tête, il voit un objet qui lui rappelle une histoire d’amour qui s’est terminée, un membre de la famille qui n’est plus là… Même avoir un souvenir de vacances passé, quand vous êtes au bout de rouleau, peut vous submerger plus que tout. La vie quotidienne est très stressante et je pense que notre maison devrait être l’espace le plus calme possible. Avoir un décor minimaliste, esthétique, sans objets-souvenirs, permet à notre cerveau de trouver le repos tant recherché.

3. Créer une boite à souvenirs

Comment faire avec tous les objets de notre vie « passée » ? La meilleure solution est d’avoir une boîte à souvenirs. J’ai eu cette idée quand je suis allée vivre à Paris. Je voulais garder des morceaux de ma vie en Pologne sans que cela prenne trop de place dans mes bagages et dans mon nouvel appartement. J’ai pris la boîte de mon carré Hermès où j’ai mis les lettres d’amour, quelques photos de mes amis et de ma famille. Mon souvenir des cinq ans passés au journal est une coupure de presse avec l’annonce d’emploi à laquelle j’ai répondu. Le souvenir de ma grand-mère est une petite serviette faite par elle. Pendant 15 ans en France, j’ai ajouté une deuxième boîte de foulard et je l’ai remplie du même genre d’objets. Il suffit d’avoir un petit objet pour se souvenir de quelques années de notre vie. Et ce qui est vraiment bien avec ces boîtes, c’est que si je sais qu’elles existent, je ne les sors que quand je deviens sentimentale.

4. Transférer la musique sur l’ordinateur

Puisque nous avons des sites de streaming de musique, je ne vois pas le besoin d’acheter des CD. Du moins pas ceux que l’on peut trouver sur ces sites. Si c’est un petit groupe ou un CD « collector » – bien sûr, achetez-le, gardez-le, c’est même souvent une petite œuvre d’art. Mais ne vous entourez pas de centaines de CDs. Ils prennent de l’espace et ramassent la poussière. Je n’ai gardé que quelques CDs de petits groupes locaux que j’ai achetés lors de concerts. Vous pouvez transférer la musique sur votre ordinateur (ou sur un disque dur externe) si vous avez peur de rencontrer un problème de connexion Internet un jour.

5. Apprendre à faire le deuil

Il s’agit de faire le deuil non seulement de gens qui sont partis, mais aussi des relations passées, des événements qu’on a vécu. Le deuil ne signifie pas oublier les gens, les situations. Il faut juste apprendre à réorganiser les souvenirs dans notre tête. Parfois il faut se pardonner soi-même, pardonner aux autres. Mais surtout, il faut accepter le fait que les choses aient une fin et continuer de vivre. C’est même très apaisant d’accepter le fait que quelque chose ne reviendra plus. J’ai remarqué que les gens qui gardent beaucoup d’objets-souvenirs dans leurs appartements sont souvent ceux qui ne savent pas quoi faire de l’amour qui reste quand « l’objet » de cet amour est parti. Soudain, réalisant que la personne n’est plus là pour leur donner de l’amour, ils transfèrent leurs sentiments vers les objets qui le rappellent. Malheureusement, si nous faisons cela nous vivons entourés des « cadavres » de l’ancienne vie qui nous hante. C’est possible de se dire : « c’est fini », « c’est irréversible » et apprendre à vivre dans la nouvelle réalité sans avoir d’objets-fantômes qui encombrent l’espace et la mémoire.

6. Accepter que tout à une fin

Une chose qui m’a le plus choqué pendant les déménagements auxquels j’ai participé – ou, pour être plus précise : que j’ai observé – c’est le nombre d’objets cassés que les gens veulent transférer d’un appartement à un autre. Bizarrement, ce n’était même pas souvent des objets-souvenirs. J’ai remarqué que plus un produit est cher au moment de l’achat, plus il est difficile de le jeter quand il n’est plus utilisable. Tout d’un coup, nous nous retrouvons avec 4 machines à café – que nous espérons réparer un jour. Des lampes design qui ne fonctionnent plus, mais avec le même espoir de réparation. Si un objet peut être réparé, il doit être apporté à une personne compétente qui est en mesure de le faire, immédiatement. Si le réparateur dit que ce n’est pas possible, laissez-le lui pour pièce ou jetez-le au centre de recyclage. Vous ne devriez jamais garder un objet cassé juste parce qu’il était cher à l’époque. Notre maison / garage / cave n’est pas une poubelle. Il faut accepter le fait que les choses aient une fin. Et il faut apprendre à investir dans des objets dont le producteur peut nous garantir sa réparation à vie. Bien sûr, ces types d’objets, avec la même garantie, sont souvent super chers – mais ça revient au même – acheter un objet super cher à vie ou un peu moins cher tous les 5 ans et garder les « cadavres » autour de nous.

7. Parlez de vos changements à vos amis

Nous devons informer les amis et la famille proche que nous avons décidé de passer à une vie plus minimaliste. Ce sont très souvent nos proches qui nous encombrent d’objets « inutiles » dont nous avons du mal à nous débarrasser pour ne pas offenser la personne en question. Je vous suggère de dire à vos amis que vous serez plus qu’heureux s’ils ne vous offrent plus d’articles tels que des CD, des ustensiles de cuisine ou des bibelots. Bien sûr, faites la même chose pour eux. Personnellement, le meilleur cadeau que l’on puisse me faire et qui me fera penser à la personne est un livre ou une plante – même si avec les plantes je risque d’offenser les gens, parce que je n’ai pas la main verte, mais je fais de mon mieux pour apprendre à cultiver mes plantes. Une autre bonne idée ce sont les cosmétiques bio qui peuvent être parfois super chers. Un traitement ou un massage est également un excellent cadeau, surtout si vous proposez de faire cette expérience ensemble. Une journée de spa avec une amie est toujours un souvenir mémorable.

Print Friendly, PDF & Email

This post is also available in: Anglais