Que pensez-vous de l’approche de Noël ? Il s’avère que la plupart des gens sont soumis à beaucoup de stress en cette période. Catherine Raymond, chercheuse au Centre d’études sur le stress humain de l’Institut universitaire en santé mentale de Montréal, explique que le stress de Noël est semblable à celui lié au changement de travail. Nous savons très bien que c’est le genre de stress que nous voulons vivre aussi rarement que possible. Malheureusement avec Noël, il se répète chaque année. Ce stress ne perturbe pas seulement nos propres vies, mais les chercheurs soulignent qu’il a une capacité de résonance, affectant également les proches de la personne qui le ressent. Cela signifie que si l’on est stressés, toute la famille peut avoir mal à l’estomac, des sueurs, des frissons, des difficultés à se concentrer et l’atmosphère à la maison sera tendue.

5 remèdes contre le stress

Les cadeaux – le plus grand facteur de stress.

Ce qui nous stresse pendant la période de Noël vient de plusieurs facteurs, mais la plupart d’entre eux sont souvent liés aux cadeaux. Le sondage OpinonWay de 2014 nous montre que 49 % des personnes interrogées ont peur de manquer d’argent pour les cadeaux, 27 % ont peur de ne pas trouver un bon cadeau, 17 % ont peur de manquer de temps nécessaire pour faire les achats et 17 % ont peur de retrouver leurs proches – même dans cette dernière catégorie, ce n’est pas la peur du vieux conflit familial dont on parle, mais d’être jugé pour un mauvais cadeau.

Ajoutons à cela que 33 % des Français économisent toute l’année pour faire des cadeaux de Noël, avec à la fin environ 20 % des cadeaux retournés ou échangés… Sachant que le budget moyen par personne est supérieur à 500 euros, c’est beaucoup de stress et beaucoup d’argent jeté par la fenêtre.

7 astuces pour ne pas acheter de produits trop chers et éviter les achats déraisonnables

Avez-vous déjà pensé à changer la tradition de Noël ? Beaucoup de familles prévoient de n’offrir de cadeaux qu’aux plus petits. C’était le cas dans ma famille. Les cadeaux étaient très symboliques – livres et chocolats.

Ce n’est pas que je n’aime pas offrir de cadeaux – au contraire –, j’aime vraiment faire des petits gestes et des petites attentions pour mes proches. Pourtant, parfois, j’ai l’impression qu’on en fait un peu trop avec les cadeaux de Noël.

Un cadeau de Noël qui doit tout exprimer

Je sais que chacun rêve d’offrir à ses proches un cadeau parfait pour exprimer son amour, mais aussi pour montrer qu’on les écoute et qu’on est attentifs à leurs désirs. Mais je pense que c’est une mauvaise pente. Si nous avons besoin d’un cadeau spécial exprimant tout cela, cela signifie que l’on fait mal notre « boulot » au quotidien. Si une personne chère à notre cœur sait qu’elle est écoutée, entendue et aimée, elle n’a pas besoin de cadeaux coûteux pour le comprendre. Deuxièmement, je suis du même avis que Sheldon dans The Big Bang Theory. Le personnage dit que les cadeaux sont une aubaine, parce que lorsqu’on en reçoit un, on se sent obligé de retourner un cadeau de même valeur à la personne qui vous l’a offert. Ceci rejoint la théorie sociologique du « don et contre-don » de Marcel Mauss. Combien d’entre vous dépassent leur budget de Noël, parce qu’il faut offrir quelque chose de spécial à nos proches, quelque chose de moins spécial pour nos amis et un cadeau super cher à la personne qu’on n’aime pas particulièrement, mais qui nous a offert un cadeau cher l’année précédente ? On se sent contraints de faire pareil…

Le troisième problème avec les cadeaux est le désir d’anticiper les rêves de nos proches – un domaine où l’on peut se planter totalement.

Ne cherchons-nous pas un cadeau parfait seulement pour flatter notre ego ?

Parfois, je me pose la question : dans quelle mesure offrir un cadeau est un geste égoïste ? Surtout quand il s’agit de trouver le cadeau parfait anticipant les rêves d’une personne. Quel est le but de cette devinette si ce n’est de montrer aux autres : « regardez comme je suis extraordinaire, je suis tellement meilleure que vous, parce que je vous écoute attentivement, je sais quels sont vos rêves et je lis vos pensées. » Je peux vous dire que personne n’aime que ses pensées soient lues. Et parfois les rêves exprimés à haute voix ne sont pas ceux qui comptent vraiment. Pour finir : certains rêves changent très rapidement.

À titre d’exemple, je peux vous dire qu’à l’époque où j’avais 8 ans (vous savez, c’est l’époque où nous voulons tous avoir un chien – et bien sûr mes parents n’étaient pas d’accord) je voulais avoir un rat. Mes amis avaient tous des hamsters, mais je voulais être plus originale. Alors, pendant plusieurs semaines, j’ai dit que je rêvais d’avoir un rat. Cela a dû durer pendant de septembre à octobre, puis j’ai vu un rat dans une animalerie et j’ai réalisé que ce n’était pas pour moi – tant sa queue m’a donné des frissons d’horreur. Pour Noël, quand nous nous sommes assis pour manger notre dîner de réveillon, il y avait un gros paquet sous le sapin – en Pologne, nous mettons les cadeaux sous l’arbre et nous les ouvrons après avoir mangé. Un des paquets ressemblait à une énorme cage et j’ai entendu qu’il y avait un animal à l’intérieur. Je n’ai rien mangé, parce que je ne faisais que pester dans ma tête avec cette idée terrifiante : “Ils m’ont acheté un rat !”… À mon grand soulagement, c’était un cochon d’Inde. Mais ma propre expérience m’a appris une chose : ne jamais écouter les rêves des gens, parce qu’ils changent.

Les cadeaux sont-ils si importants ?

Quels souvenirs gardez-vous vraiment de la période de Noël de votre enfance ? Les cadeaux ? Oui, bien sûr, je me souviens de certains livres reçus, parce que les ai lus pendant les vacances de Noël en mangeant des gâteaux. Mais ce dont je me souviens principalement c’était de l’esprit des fêtes. Pour moi, Noël reste surtout une célébration de fin d’année où nous avons l’occasion de passer des moments très hygge avec nos proches, tous ensemble, détendus, tandis que le monde semble s’arrêter pour quelques jours.

7 vérités que j’ai apprises sur l’argent et qui me servent jusqu’à aujourd’hui

Avant de changer complètement la tradition de Noël, nous pouvons apprendre à faire de petits gestes.

On n’est pas obligés d’arrêter complètement la tradition des cadeaux non plus, mais on peut la modifier. Mettons nous d’accord pour offrir des choses de moindre valeur. Offrons-nous des expériences à faire ensemble : une journée au SPA, un week-end en amoureux, une semaine au ski. J’ai une copine qui a offert à ses amis des petits bons : « une soirée pyjama », « un dîner, au restaurant », « une balade dans les montagnes », parce qu’elle avait beaucoup d’obligations et craignait de ne plus trouver de temps pour nous. C’était un geste qui disait : je veux que tu me rappelles que j’ai envie de passer du temps avec toi. Finalement, on n’a jamais utilisé ces « bons », parce qu’on a toujours réussi à trouver un peu de temps pour nous, mais l’idée était toute mignonne.

Mes cadeaux sont souvent des petites choses qui j’espère font plaisir. Si j’ai lu un livre qui plaira sans aucun doute à un ami qui adore les livres, je sais ce qu’il me reste à lui offrir. Pour mes copines, j’aime faire des petits paquets avec des cosmétiques ou des savons artisanaux. Avec mes proches, j’aime envisager les cadeaux comme des clins d’œil. Personnellement, ce que j’aime recevoir : des chaussettes mignonnes et chaudes (oui, j’ai toujours froid aux pieds), des énormes tasses pour le café et des livres de poche.

Et si vous êtes à la recherche d’idées de cadeaux à la fois écologiques et agréables, j’ai une petite sélection de boutiques et d’articles que j’ai eu le plaisir de découvrir et qui j’espère pourra vous être utile:
Les cadeaux de Noël : écologiques, zéro déchets (et mignons)

Les cadeaux de Noël : écologiques, zéro déchets (et mignons)

Print Friendly, PDF & Email