4 pièges de l’achat compulsif – et comment les éviter
4 pièges de l’achat compulsif – et comment les éviter
4 pièges de l’achat compulsif – et comment les éviter

Combien de vêtements achetons-nous chaque année ? Je vais vous le dire : un Européen moyen achète environ 20 kg de vêtements par an (tous âges et sexes confondus). Pour information : le t-shirt pèse 150 grammes et une paire de jeans environ 800 gr. Sur les 5 millions de tonnes de vêtements vendus sur le marché européen, près de 4 millions de tonnes de textiles neufs et usagés sont jetés à la poubelle… chaque année.

Je vous ai déjà expliqué comment rendre votre garde-robe plus minimaliste et ne pas céder à la frénésie de shopping. Mais nous devons encore comprendre : pourquoi achetons-nous autant de vêtements ? Quelles sont les raisons cachées qui nous conduisent à des achats « compulsifs ». Comprendre ce qui se cache derrière notre désir d’acheter des vêtements nous permettra de mieux contrôler cette folie d’acheter et puis de jeter. La planète, notre compte en banque et notre tranquillité d’esprit nous seront reconnaissants.

1) On achète, parce que c’est pas cher

Nous achetons 5 fois plus de vêtements qu’il y a 30 ans, mais nous les payons moins qu’avant. Est-il vraiment possible qu’un t-shirt ne coûte que 1-2 euros ? Pour créer des vêtements à des prix très bas, les entreprises envoient la production dans les pays pauvres où la main-d’œuvre est bon marché. Et si vous êtes convaincus que l’industrie textile crée de nouveaux emplois dans les pays moins développés, la réalité est légèrement différente. Au lieu de sortir les gens de la pauvreté, les entreprises leur versent des salaires très bas, les forcent à travailler dans des conditions dangereuses et malsaines, et… le travail des enfants est souvent mis à contribution. La deuxième raison du bas prix est l’utilisation de polyester. Plus de la moitié des vêtements du monde est faite de cette fibre synthétique. Le polyester n’est pas biodégradable. Chaque morceau de ce tissu créé dans le monde depuis le début de son invention reste avec nous sur Terre (dans l’eau, les océans, la nourriture, la pluie et notre corps – parce que nous les mangeons avec notre nourriture). Acheter bon marché aujourd’hui c’est s’assurer d’une facture coûteuse plus tard.

2) On achète pour se sentir bien…

N’est-ce pas un remède à toute tristesse ? Nous nous sentons mal : nous achetons des vêtements. Nous avons un rdv amoureux : nouveaux vêtements. Une rupture : idem. Comme si un nouvel achat pouvait restaurer notre confiance en soi. Mais souvent, les vêtements que nous achetons quand nous nous sentons mal ne sont pas vraiment à notre goût. Par exemple, j’aime porter du noir et du gris, et quand je suis de mauvaise humeur, j’achète des couleurs vives que je ne porte jamais. Ces vêtements qui nous ont donné de la dopamine au moment de l’achat, porté pour la deuxième ou cinquième fois perdent leur « pouvoir magique » de nouveauté. Et encore une fois, nous nous retrouvons face à face avec une personne qui ne se sent pas bien… et qui croit encore naïvement qu’un nouvel achat changera peut-être quelque chose dans sa vie. Et ainsi commence notre cercle infernal. N’est-ce pas une perte de temps et de vie ? Passer autant de temps à gagner de l’argent et ensuite à le dépenser pour se sentir bien pendant seulement 5 minutes ?

3) …pour montrer notre statut social

L’habillement est un acte social : nous montrons notre statut économique, notre position sociale, notre personnalité. Ce désir nous pousse souvent à acheter des vêtements en raison de leur marque. D’accord, certains diront qu’ils se tournent vers les grandes marques, en espérant que, compte tenu du prix, les vêtements seront plus éthiques. Liz Parker, qui a travaillé pour Clean Clothes Campaign, nous ouvre les yeux et dit que c’est loin d’être vrai. « Il y a des cas documentés de violations des droits des travailleurs dans le luxe, comme Prada et Mulberry en Turquie, et la mention « fabriqué en Europe » ne signifie pas nécessairement des conditions de travail décentes. Les chaussures étiquetées Made in Italy pourraient bien avoir été produites en d’autres pays et envoyées en Italie pour la finition. En Italie même, ainsi qu’au Royaume-Uni et dans d’autres pays européens, les conditions pourraient être bien inférieures aux normes que nous attendons ». Si nous voulons vraiment montrer notre position sociale – notre statut – montrons à quel point nous sommes engagés en faveur de la protection de l’environnement. Il existe un nombre impressionnant de marques écologiques qui nous offrent des vêtements super élégants, extrêmement bien coupés et réalisés dans le respect de l’environnement et du travail humain.

4) … pour avoir l’air originaux.

Nous sommes à la recherche de nouvelles tendances parce qu’à tout prix, nous voulons montrer notre originalité. Nous voulons être différents des autres. Mais, en réalité, il n’y a rien de plus uniforme que la mode. La mode nous impose un style très unifié. Nous sommes influencés par les magazines, les vitrines, les photos Instagram et nous oublions que tout cela n’est qu’une grosse machine commerciale qui a été créée pour nous forcer à acheter. Nous prétendons donc que nous voulons être originaux, mais nous suivons aveuglément une grande machine publicitaire. Alex Mcintosh de London College of Fashion a noté :  « Le rôle de la mode de luxe dans nos vies est de nous fournir un produit ou une expérience précieuse et rare . Et est-que ( …) cette expérience peut être considérée comme véritablement authentique si elle nécessite une machine de propagande hautement construite et incroyablement efficace fabriquée autour d’elle ?  »
Si nous voulons être vraiment originaux, nous devons cesser de nous faire manipuler par la publicité. La plus grande originalité est le courage de suivre nos convictions et d’être cohérent avec nos valeurs. Il est à noter que même les plus grands designers trouvent l’inspiration dans la rue, ils ne cherchent que des personnes « originales ». Soyons « originaux » donc et choisissons des vêtements écologiques et biodégradables. Habillons-nous selon nos valeurs et créons des nouvelles tendances.

Que faire au moment d’un grand désir d’acheter un vêtement.

Le désir d’acheter compulsivement cache souvent une sorte de malaise dans notre vie. Quelque chose ne va pas et nous voulons le réparer rapidement. Acheter de nouveaux vêtements est assez efficace pour cela. Chaque fois que vous voulez acheter de nouveaux vêtements, demandez-vous : pourquoi ? Quelle pouvoir « magique » j’attribue à cette robe ? Si vous vous sentez mal : il est préférable d’acheter des cosmétiques (bio et végétalien) pour faire des traitements de beauté à la maison. Si c’est parce que nous avons eu une mauvaise journée au travail : il vaut mieux appeler un ami et sortir prendre un verre ensemble… Au lieu d’essayer de se cacher derrière des vêtements, nous devons commencer à reconnaître nos émotions et à apprendre à les gérer. Et si jamais nous achetons de nouveaux vêtements, essayons d’acheter ceux qui seront biodégradables et auront un impact minimal sur l’environnement, à savoir des vêtements en lin, chanvre, tencel (lyocel) et, éventuellement, en coton biologique.

Print Friendly, PDF & Email

This post is also available in: Anglais