4 faits surprenants pourquoi les actions écologiques nous rendent heureux
4 faits surprenants pourquoi les actions écologiques nous rendent heureux
4 faits surprenants pourquoi les actions écologiques nous rendent heureux

En 2015, le Ministre de l’écologie du Danemark a fait paraître une recherche intitulée « Sustainable Happiness : Why Waste Prevention May Lead to an Increase in Quality of Life » (« Bonheur durable: pourquoi la prévention des déchets peut conduire à une amélioration de la qualité de vie »). La recherche porte sur le recyclage et l’engagement des gens dans des actions écologiques qui sont suivies par une surprenante augmentation de leur niveau de bien-être. Les résultats sont super intéressants.

Nous avons tendance à penser que ce sont les gens naturellement « ouverts » aux autres (que nous caractériserions comme étant « heureux ») qui s’engagent dans des actions écologiques. Ce n’est pas faux. Cependant il y a un effet inattendu : si l’on peut mobiliser une communauté pour faire des actions écologiques, le niveau de bonheur des gens impliqués dans la dite action augmentera à l’échelle individuelle. Soudainement, des gens qui n’ont pas été impliqués dans la vie sociale ou écologique auparavant commenceront à ressentir le plaisir de l’engagement et poursuivront les efforts écologiques plus tard. Plus ils s’engagent, plus leur niveau de bonheur augmente

Prendre l’exemple des Danois

La recherche du Ministre de l’écologie danois montre précisément que la création d’une action écologique à l’échelle locale peut apporter deux fois plus d’avantages que toute autre action sociale. De fait, si nous voulons augmenter notre niveau de bonheur, nous devons organiser des actions écologiques à l’échelle de notre immeuble, du quartier, de la ville ou de l’entreprise.

« J’hésiterais beaucoup à diriger avec l’idée : recyclez, ça vous rendra plus heureux. Je pense que le meilleur message serait quelque chose comme : recyclez, vous vous sentirez connecté à quelque chose de plus grand que vous et vous vous sentirez plus heureux. Ou : recyclez, cela favorise la santé du monde et cela vous rendra plus heureux. »

Tim Kasser, Professor of Psychology, Knox College

Dans diverses analyses faites à l’international, des chercheurs soutiennent qu’il existe un lien étroit entre la durabilité et le bonheur. Les gens qui s’engagent dans des actions écologiques signalent des niveaux plus élevés de bien-être subjectif.

« […] un nombre croissant de preuves font état d’un lien entre un comportement pro-environnemental ou durable et plusieurs conséquences positives sur le plan psychologique, dont le bonheur. »

Victor Corral-Verdugo et al. “Happiness as Correlate of Sustainable Behaviour,” 2011

4 points pourquoi les actions écologiques nous rendrait-il heureux

1) Toute action écologique nous rend heureux deux fois.

Les personnes qui s’engagent dans une vie plus écoresponsable – qui recyclent, qui prennent le vélo pour aller travailler, etc. – ne sont pas seulement satisfaites de leurs actions quotidiennes au moment des faits. En réalité, avec nos gestes, on commence à comprendre que nous sommes engagés dans la création d’un avenir meilleur. Savoir que nos actions peuvent faire de ce monde un endroit meilleur pour nous et les autres, augmente notre niveau de satisfaction dans la vie. Non seulement nous sommes fiers de nous-mêmes en réalisant ce genre d’action, mais plus tard, en nous reposant sur notre canapé, le sentiment de bonheur persiste. Et c’est tellement fort que nous voulons continuer le lendemain.

2) Notre cerveau est programmé pour nous récompenser.

Mais pourquoi notre bonheur persiste même après avoir terminé une action « écologique » ? Pourquoi voulons-nous la reproduire ? Des scientifiques voulaient trouver la réponse à cette énigme. Finalement, ils ont découvert que notre cerveau nous envoie des hormones de bonheur en récompense pour ces actions. Les chercheurs ont établi une théorie selon laquelle ce « boost » de bonheur pourrait être lié aux fonctions de survie qui entrent en jeu dans notre cerveau. Notre corps nous pousse à faire des choses qui servent à prolonger notre vie ou la vie de notre groupe social. On se sent bien après avoir mangé, on se sent super bien après avoir fait l’amour. Apparemment, le même système de récompense est actif quand nous faisons des choses que notre cerveau considère nécessaires à la survie d’un groupe. Les scientifiques ont appelé ce phénomène « helpers high » » (littéralement « la défonce des aidants »). Ce qui veut dire que s’engager dans des actions qui garantissent la survie individuelle et collective peut donc déclencher le mécanisme du bonheur. Ainsi, nous avons une preuve que notre cerveau considère que la prévention de l’environnement est une chose primordiale pour notre survie. Il nous fournit un coup de pouce en augmentant le niveau de nos hormones de bonheur. Si notre cerveau l’a compris, alors pourquoi ne pas le faire ?

3) Nous reprenons le contrôle de nos vies.

Une fois que nous faisons une action écologique, nous déclenchons en réalité une spirale vertueuse. Nous avons déjà établi que notre cerveau nous donne ce fameux « boost » de bonne énergie nous poussant à nous engager encore plus. Mais il y a un autre élément qui fait que les gens éco-responsables augmentent leur niveau de bonheur. C’est le sentiment de reprendre le contrôle de leur vie. On commence à ressentir un lien avec les autres. Nous sommes fiers de savoir que nos actions ont un impact sur notre communauté. Savoir que nos gestes comptent nous donne le sens du pouvoir. C’est comme si l’on comprenait que l’on pouvait mieux gérer nos vies dans leurs globalités. C’est une des raisons pour lesquelles les gens éco-responsables commencent à consommer moins. En fait, la recherche montre qu’une fois que l’on commence à vivre une vie plus écologique, on se tourne vers le minimalisme, c’est une corrélation « naturelle ». En ayant le pouvoir de gérer notre vie, notre niveau de satisfaction augmente. On est tellement comblés que l’on finit par se rendre compte que nous n’avons plus besoin d’artifices pour être heureux. Au contraire, nous constatons qu’avoir moins de choses augmente notre niveau de bonheur.

4) On devient altruiste.

Mathieu Ricard dans « Plaidoyer pour l’altruisme » nous dit que le monde pourrait être un meilleur endroit si nous avions enseigné l’altruisme à nos enfants dans les écoles… ce que seuls quelques pays font de manière obligatoire. Mais il y a de bonnes nouvelles : motiver les gens à faire une action écologique comme participer à l’action du recyclage active l’altruisme chez les gens. Quand on réalise que nos gestes sont responsables du bien-être de nos proches, amis et voisins on se sent plus connectés avec eux. Se sentir responsable pour les autres nous rend altruistes de façon spontanée. Ainsi, toute action prosociale peut augmenter notre niveau d’altruisme, mais une action écologique le fait avec encore plus d’impact. Voilà pourquoi l’altruisme sous ses diverses formes – générosité, compassion, amour, charité – engendre des niveaux de bonheur encore plus grands.

Le pouvoir de rendre le monde meilleur

Il suffit donc d’organiser une grande action de recyclage pour changer le monde. Il suffit d’une seule action – informer les gens sur les déchets, sur leur influence sur la planète et nos proches – pour activer une véritable spirale d’actions pro-écologiques. On nous dit toujours que le premier pas est le plus difficile. Mais grâce à cette recherche, nous nous rendons compte que c’est seulement ce seul pas qui nous coûtera un effort. Toutes les autres étapes s’activeront toutes seuls, sans aucune aide et aucun effort. De plus, on deviendra heureux.

« Il est très important de penser que nous faisons partie d’une chose plus grande que nous-mêmes. Vu la façon dont notre projet est réalisé, j’ai l’impression que vous pouvez dire que les gens obtiendront une meilleure qualité de vie en participant. »

Ulla Borup Guntofte, Participante, Projet zéro déchet, Tversted, Danemark

Il ne reste plus qu’à demander à nos communautés d’organiser une bonne action de recyclage.

Print Friendly, PDF & Email