octobre 2015

Chou farci à la polonaise

chou farciÇa y est, je suis de retour en France, de retour dans ma cuisine. Et je suis très heureuse, car ma petite cuisine commence à accueillir des invités internationaux (via le blog, bien sûr, car la seule présence physique derrière les fourneaux hormis la mienne, c’est celle de mes deux chiens qui usent de tous les charmes possibles en espérant voir tomber par inadvertance quelques légumes). Mon blog a commencé à recevoir la visite d’internautes Suisses grâce au gentil partage de « swissveg » sur leur site Internet et Belges grâce à l’« Infor vegetarisme ». Je vous remercie pour vos visites, vos gentils mots et je remercie les organisations de partager l’adresse de Veglamour, vous avez apporté du soleil dans mon quotidien… et j’en avais besoin, surtout en Pologne !… J’avais oublié a quel point il pouvait faire gris en Pologne en cette période de l’année. Non seulement le soleil ne fait grâce de sa présence que quelques petites heures par jour, mais il faut en plus le deviner … on ne le voit vraiment pas. À partir du mois d’octobre jusqu’à la fin du mois de mars, une couche de nuages gris persistante crée une sorte de plafond nous séparant du ciel bleu. Mais on s’y habitue. C’est même assez charmant. On a l’impression que le monde s’est arrêté, qu’on est figé dans le temps et que la nature autour de nous est transformée en foret enchantée ( surtout si on choisit comme lieu de promenade le vieux cimetière abandonné). C’est une période magique et apaisante malgré cette ambiance terne.

collage pologne

Je vais essayer de vous concocter quelques plats venant de mon pays d’origine. Je ne vous cache pas qu’ils ne sont pas super légers (même étant végétaliens), car on utilise beaucoup de pommes de terre dans nos recettes. Mais bon, en hiver on a envie de manger des choses qui « tiennent au ventre »…

100 ans de… plénitude

pizza à l'oignon

Vivre 100 ans . Une idée qui ne serait pas pour déplaire à la plupart d’entre nous, à condition de pouvoir rester en forme jusqu’à cet age plus que vénérable !

Je me prends parfois à rêver que mes conseils savamment distillés via mon modeste blog permettraient à mes proches de s’en approcher le plus possible. Et qu’ainsi je puisse profiter d’eux jusqu’à moi même n’être plus qu’une vieille peau fripée ! (eh oui ma nature inquiète me fait souvent me soucier de la santé de mes proches , encore plus que de la mienne d’ailleurs).

Mais une vie « saine » ne rime pas du tout avec « vie monastique », vous le savez déjà !

Aujourd’hui nous allons nous intéresser aux « super-centenaires » et au fait que ceux-ci ont bien souvent un certain nombre de particularités en commun, qui commencent à être étudiées de près.

pizza à l'oignon

Ces centenaires sont loin d’être tous des ascètes et encore moins des gens à l’existence terne. Vivre 100 ans en bonne santé ne signifie pas faire des sacrifices, mais tout simplement modifier un peu nos réflexes quotidiens : manger moins, marcher plus, pas de viande, plus de noix… Et on peut toujours boire du bon vin en bonne compagnie… (Le vin rouge est bénéfique pour la santé et la bonne compagnie encore plus !)

Karma Airlines

nice cream

Ça faisait 3 ans que je n’étais pas allée en Pologne. Pire encore : 3 ans que je n’avais pas vu mes parents… Dans une époque moderne et surtout grâce à (ou a cause de ) Skype, on finit par se voir si souvent par écrans interposés qu’on ne se rend plus compte du temps qui passe. Mais la Pologne me manquait (on pouvait le remarquer assez souvent dans mes posts emplis d’une certaine nostalgie). J’étais censée revenir en visite dans mon pays natal pour  Noël, mais vu que j’avais un peu de temps  disponible j’ai décidé de faire une « bonne action » et de venir de façon anticipée passer quelques jours avec ma famille. Hier je comprenais pourquoi j’étais si peu motivée pour y aller : navette vers l’aéroport, puis avion vers Bruxelles, puis un deuxième vers Varsovie, puis les transport en commun vers la gare, puis 4 heures de train… Bref, il faut avoir une santé d’enfer (ou de végan !) pour aller « se reposer » chez papa/maman (en gros il faut se coltiner 16 heures de voyage).

Plein la courge

 courge/veglamour

Les potirons, les potimarrons, les citrouilles : ça y est, c’est l’automne, ces grands monstres oranges nous ont envahis, ils sont partout (on a presque l’impression qu’on n’a plus aucun autre légume de saison). Ils sont terrifiants, avec leur peau ultra-dure, qu’on croit pouvoir découper uniquement avec une tronçonneuse… Autant j’adore leur goût, autant je déteste (je détestais) les cuisiner, car couper un potiron c’est presque une mission-suicide… Les américains qui découpent des millions de courges pour Halloween sont soit fous, soit super-forts, ou tout simplement ils ont des outils « magiques » (je n’ai toujours pas résolu ce mystère)…. Mon but n’était pas d’apprendre à les transformer en œuvres d’art, j’avais juste envie de manger des courges sans faire une séance de musculation en les préparant